Bien-être quotidien > LifeStyle > Se connaitre

Si vous avez cliqué sur ce lien, il est fort à parier que vous avez envie de changement dans votre vie, que vous vous posiez des questions sur votre avenir professionnel.

Je suis moi-même passé par là en octobre 2013 où je me suis retrouvé à la croisée des chemins en étant victime ou plutôt oserais-je dire “acteur” de mon burn-out.

Après plus de 30 000 lectures sur Linkedin, je vous partage sur mon blog pour expliquer comment j’ai rebondi après 15 ans de vie professionnel enfermée dans le système traditionnel d’un statut VDI à la création de ma SARL.

Effectivement après un parcours plutôt classique : Bac S, DUT, Ecole de Design, je m’investis dans la création de mon poste d’Ingénieur en Imagerie Virtuelle au sein d’un groupe français leader dans son secteur d’activité. L’aventure démarre en 2003 du haut de 22 ans je débarque dans l’Est de la France où mon appréhension est de taille car l’idée reçue que je vais rencontrer des personnes froides, non accueillantes du fait de l’image ancrée de mon parcours. Il en est tout autrement car je découvre des personnes chaleureuses, bienveillantes avec qui j’ai lié de vrais liens d’amitiés.

L’aventure me mène quelques mois plus tard en Normandie où je m’investis de plus en plus dans les missions professionnelles qui me sont confiées avec un naturel positif toujours plein d’idées en tête pour faire progresser l’entreprise, je ne compte pas mes heures car j’avais un objectif en tête avec le schéma ancré que l’on m’a appris :

Travaille bien à l’école pour avoir de bonnes notes, un beau diplôme, un bon métier, un bon salaire pour acheter une maison et que l’on soit fier de moi.

Etant autodidacte et d’un naturel perfectionniste, je me suis littéralement consumé de l’intérieur voulant réussir tout ce que l’on me demandait car je ne savais pas dire NON.

Jusqu’au jeudi 3 octobre 2013, je pose un genou à terre, mon corps, ma tête sont sur le point d’imploser car je n’ai pas écouté mon corps.

Commence alors un véritable parcours du combattant pour me retrouver, me réaligner car j’étais dans une spirale infernale où je faisais semblant d’aller bien, heureusement mon hygiène de vie basée sur une alimentation plus saine, une activité physique régulière m’ont permis d’inverser la tendance sans traitement, ni médicament.

Des crédits sur le dos, un style de vie, une conscience professionnelle, un statut social à assumer, une vie de famille, des charges… Bref un casse-tête avec l’incompréhension de mes proches car pour certains j’avais réussi ma vie et je devais m’accrocher sur la branche qui était entrain de rompre.

Heureusement ma responsable hiérarchique, ma chef, ma confidente … désormais mon amie a su m’écouter, me conseiller, m’aider à franchir ce cap pour moi, ma famille et je ne la remercierais jamais assez de sa confiance et de sa compréhension.

Je vivais pour travailler au lieu de travailler pour vivre.

Désormais une nouvelle aventure démarre où je suis en phase avec moi-même pour entreprendre et réussir ma vie.

J’ai 36 ans, je quitte mon CDI de cadre et je suis heureux.

Désormais j’accompagne celles et ceux qui cherchent une reconversion professionnelle en phase avec leurs valeurs et leur éthique.

Rencontrons-nous

#Entreprendre #BurnOut #Epanouissement #DéveloppementPersonnel

Continuer la lecture >

Lors de ma reconversion professionnelle visant à changer de métier, je me suis posé pour trouver ma voie sans faire de bilan de compétences mais plutôt de faire un bilan de mes valeurs, de mon éthique et intégrité. Ce poème que j’ai découvert via  Edgar Guest, je vous le partage pour vivre votre bien être quotidien.

“Je dois vivre avec moi-même, et alors

Je veux me préparer pour me connaître moi-même,

Je veux être capable, au fil des jours de

toujours me regarder droit dans les yeux;

Je ne veux pas rester debout, dans le coucher de soleil,

et me détester pour des choses que j’ai faites.

Je ne veux pas garder sur l’étagère du placard

un tas de secrets sur moi-même,

et me leurrer moi-même, tandis que je vais et je viens,

en pensant que personne d’autre ne connaîtra le genre d’homme

que je suis en réalité;

Je ne veux pas me revêtir de honte.

Je veux sortir la tête droite,

je veux mériter le respect de tous les hommes;

Mais ici dans la lutte pour la gloire et la richesse

je veux être capable de m’aimer.

Je ne veux pas me regarder et savoir

que je présente un spectacle fanfaron, illusoire et vide.

Je ne peux jamais me mentir à moi-même;

je sais ce que d’autres peuvent ne jamais savoir,

je ne peux jamais me leurrer, et alors,

quoi qu’il advienne, je veux avoir

le respect de moi-même et la conscience libre.”

Vous êtes à la recherche d’un projet, d’un nouveau métier ? Alors échangeons ensemble. Arnaud

Continuer la lecture >

Je vous partage ma récente interview réalisé pour Catherine Borie 

Arnaud a fait un Burn-Out et en est sorti transformé. Il a choisi de vivre différemment et nous fait part de son expérience au travers de ce témoignage.

Catherine B.: Bonjour Arnaud, et merci d’avoir accepté de répondre à mes questions

Arnaud D. : Bonjour Catherine, ravi de pouvoir partager mon expérience qui est au final une opportunité… tout dépend de l’état d’esprit dans lequel on se trouve!
Le mien a toujours été tourné vers l’optimisme.

C.B : Arnaud, pouvez-vous vous présenter en quelques mots : quel âge avez-vous ? Que faites-vous dans la vie aujourd’hui ?

A.D : Originaire du nord de la France habitant en Normandie, âgé de 35 ans, heureux papa de 2 garçons, j’ai suivi le schéma traditionnel de réussir à l’école pour avoir un beau diplôme, un beau métier, une belle maison… Actuellement je suis Cadre Ingénieur dans l’industrie de l’ameublement et j’accompagne ma femme à développer une entreprise autour du bien-être, nous y reviendrons un peu plus tard.

C.B : Vous avez fait un Burn-Out il y a quelques temps. Pouvez-vous nous en parler ?

A.D : De mon Burn-Out, je me rappelle exactement les moindres détails de ce jeudi 3 octobre 2013, véritablement K.O debout.

C.B : C’est précis en effet ! Que s’est-il passé ? Pourquoi en êtes-vous arrivé là ?  

A.D : J’évoluais dans un contexte de travail où le rythme allait toujours plus vite, plus fort, plus ambitieux pour remplir les objectifs d’ingénieur, de satisfaire l’entreprise traditionnelle hiérarchique, faire toujours plus de chiffres d’affaires…
Bref ce jeudi là, à 12h16, un horrible mal de crâne, des suées, une vision qui devient floue, seul un spectre de ma vue de quelques centimètres de diamètre est net, ce qui me permet de rentrer à mon domicile.
Etant sûr de mes capacités, je pensais qu’après une bonne sieste, ça serait reparti ! Sauf que cette fois, j’ai véritablement poussé la formidable machine qu’est le corps humain.
Je ne me suis arrêté que 2 jours car la fierté et l’orgueil ne me donnaient pas raison et je devais rendre le travail qui m’avait été confié.

C.B : Vous n’avez donc pas vraiment pris le temps de récupérer… que s’est-il passé suite à cela ?   

A.D : Un véritable parcours du combattant a alors commencé et a duré plus de 2 ans, coincé dans la spirale de la vie avec des crédits, un foyer à nourrir, un rythme de vie …

Mais comment faire ?

Tout quitter pour tout reconstruire ou faire le dos rond en écoutant mes proches ? Car à leurs yeux j’ai une belle situation sauf que je n’ai plus de vie, ma santé physique et mentale sont en lambeaux.

Je cachais mon mal-être au travail car je me sentais toujours jugé, en répondant inlassablement à la question du lundi « Comment ça va ? Ça va ». Les nuits s’enchaînaient et se ressemblaient, quand j’arrivais à dormir, j’étais encore plus fatigué au réveil.

Le sentiment que ça ne sera plus comme avant s’ancrait petit à petit.

C.B : Avez-vous été soutenu par votre entourage ?

A.D : Poussé dans mes retranchements, seule ma femme me comprenait à moitié dans un premier temps, pour véritablement me soutenir au bout de plusieurs mois.
Le soutien, c’est l’empathie, donc aucune personne n’a été en mesure de me comprendre réellement. L’incompréhension était totale autour de moi, j’en ai même perdu des « amis ». J’étais livré à moi-même où seules ma foi et ma confiance en moi étaient mes atouts pour rebondir.

C.B : Comment avez-vous fait pour vous reconstruire ?

A.D : Pour me reconstruire, j’ai décidé de repartir des bases.
Dans un premier temps, je m’isole, je me ressource, je me mets à lire, je découvre avec ma femme une nouvelle opportunité de travail où on aide les personnes à réussir, pour réussir soi-même, tout en étant indépendant, et ça, ça me plait.

Je décide de ne prendre aucun médicament, de rétablir une hygiène de vie saine basée sur les 3 principes fondamentaux : Alimentation, Activités physiques et Relaxation.
J’en profite également pour mettre mon expérience au service des autres en créant mon blog www.bienetrequotidien.fr.

Je dois également beaucoup à 2 excellents thérapeutes qui m’ont permis de me reconnecter au petit garçon de 9 ans qui avait des rêves plein la tête. Merci à C.Touret (Ostéopathe) et J.Drolon (Kinésithérapeute) tous deux sur Rouen.

C.B : Arnaud, vous avez donc repris le même métier mais vous travaillez sans doute différemment. Pouvez-vous nous dire comment vous faites aujourd’hui ?

A.D : Etant passionné par mon métier, travaillant à l’affectif, je continue mon travail de cadre ingénieur mais en sachant désormais dire non. J’ai surtout diversifié et sécurisé mon parcours de vie avec l’entreprise que nous développons avec un collectif d’entrepreneurs français.

C.B : Vous semblez avoir fait de votre votre Burn-Out une véritable force. Quelles leçons tirez-vous de cette expérience ?

A.D : Cette expérience est nécessaire pour toutes les personnes qui travaillent à l’affectif, qui ne savent pas dire non, qui se sont enfermées dans ce plan de 40 ans de travail comme enchainées à un poteau qui n’existe pas.

C’était mon cas et j’ai désormais pris conscience que le monde change et que nous devons nous adapter en travaillant autrement.

Avant, je voulais plaire à tout le monde car à l’école on nous apprend qu’il faut être gentil avec tout le monde. Ainsi j’ai adopté une nouvelle façon de vivre, je n’ai plus peur du jugement. Celui qui m’apprécie tant mieux, sinon tant pis. J’ai décidé de réussir ma vie et non plus dans ma vie.

C.B : Je crois savoir que vous lisez beaucoup. Quels livres vous ont aidé en particulier dans cette épreuve ?

A.D : Avant l’âge de 32 ans, je n’ai jamais réellement lu. Depuis ce jour d’automne 2013, je lis entre 1 à 2 livres par mois autour du bien-être, du développement personnel, du managament … Les livres qui m’ont littéralement secoués pour comprendre où j’en étais arrivé sont « Le Bonheur d’être soi » de Moussa Nabati, « L’entreprise du 21e Siècle » de Robert Kiyosaki & John Fleming, « Plus malin que le diable » de Napoleon Hill et « Le léger avantage » de Jeff Olson.
J’ai trouvé ma raison d’être en aidant les autres à la trouver.
Je vous laisse sur une citation qui me tient à cœur de Sénèque « Nous commençons à vieillir quand nous remplaçons nos rêves par des regrets ».
Je vous souhaite donc d’avoir des rêves pour les réaliser !

C.B : Merci beaucoup Arnaud !

Continuer la lecture >

Parfois, pour réussir ce que l’on entreprend, nous n’avons pas besoin d’ajouter plus de choses mais plutôt de renoncer à certaines choses.

Même si chacun d’entre nous a une définition différente de la réussite, il y a certaines choses qui sont universelles. 

Voici quelques conseils qui m’ont permis d’être sur le chemin de la réussite et du bien-être. Certains conseils sont applicables dès maintenant, pour d’autres j’ai eu besoin de plus de temps.

Le plus important c’est de décider et de passer à l’action.

1. Abandonner la mauvaise hygiène de vie

“Prenez soin de votre corps, c’est le seul endroit où vous êtes obligé de vivre.

Jim Rohn

Pour me permettre de ré-équilibrer ma vie, d’abord j’ai pris soin de ma santé. Et il n’y a que deux choses que j’ai gardé à l’esprit :

1. Alimentation saine
2. Activité physique

Chaque petits pas sont importants, et mon corps me remercie chaque jour.

2. Abandonner la vison à court terme

“Vous ne vivez qu’une fois, mais si vous le faites bien, une fois c’est suffisant.” 

Mae West

En famille, nous nous sommes fixés des objectifs à long terme car je sais que nos objectifs ne sont que le résultat de nos habitudes à court terme.

Ces habitudes saines répétées chaque jour ne doivent pas être quelque chose que je fais mais doivent être quelque chose que je suis.

3. Renoncer à jouer petit

Je me suis rendu compte avec mon expérience que si je n’essayais jamais de saisir des opportunités, ou de permettre à mes rêves de devenir des réalités, je ne réaliserais jamais mon véritable potentiel.

Et les personnes autour de moi ne profiteront jamais de ce que je peux réaliser avec elles.

Donc j’exprime mes idées, je n’ai ni la peur d’échouer ni de réussir.

4. Abandonner les excuses

“Le destin bat les cartes mais c’est nous qui les jouons.”

Randy Pausch, la dernière conférence

Les gens qui réussissent savent qu’ils sont responsables de leur vie, peu importe le point de départ, les faiblesses et les échecs passés.

J’ai réalisé que je suis entièrement responsable de ce qui se passe dans ma vie. C’est à la fois effrayant et passionnant.

Mais c’est la seule façon de réussir ce que l’on entreprend parce que les excuses nous limitent et nous empêchent de grandir personnellement et professionnellement.

5. Abandonner l’esprit fermé

“L’avenir appartient à ceux qui apprennent plus de compétences et les combinent de façon créative.”

Robert Greene

Dans un état d’esprit fermé, les personnes croient que leur intelligence ou leur talent, sont simplement des traits de caractères et que le talent seul crée le succès – sans effort. Ils ont tort.

Et les gens qui réussissent le savent.

Quotidiennement j’investis une quantité immense de temps pour développer un état d’esprit et une mentalité de croissance, pour acquérir de nouvelles connaissances,  pour apprendre de nouvelles compétences qui vont m’aider dans ma vie.

6. Renoncer à croire dans la chance.

“Tous les jours et à tout point de vue, je vais de mieux en mieux.”

Émile Coué

J’ai longtemps cru à la chance et j’ai désormais compris que j’aide la chance et non j’ai de la chance (Merci Philippe Gabilliet). La réussite d’un soir est un mythe.

Chaque jour je planifie mon avenir en améliorant seulement 1% de ce que j’ai réalisé la veille. Et je vous renvoie vers une lecture que j’apprécie tout particulièrement “L’effet cumulé – Darren Hardy“.

7. Abandonner le perfectionnisme

Difficile quand mon parcours scolaire comme beaucoup d’écoliers où l’on entend chaque jour : Travail bien à l’école pour avoir de bonne notes, pour avoir un bon bulletin, pour avoir un bon diplôme, pour avoir un bon métier, pour un bon salaire, pour un avoir une belle maison …

Bref, je l’ai compris heureusement ou malheureusement après mon burn-out d’octobre 2013, rien ne sera jamais parfait, peu importe le nombre de fois que j’essaie. 

La peur de l’échec (ou même la peur du succès) m’a empêché souvent de prendre des décisions et d’être créatif.

J’ai perdu beaucoup d’opportunités en attendant que les choses se passent bien, car le meilleur moment n’existe jamais.

8. Abandonner le multitâche

“Vous n’arriverez jamais à destination si vous vous arrêtez pour jeter une pierre à chaque chien qui aboie sur votre passage.” 

Winston Churchill

Les gens qui réussissent le savent. C’est pourquoi j’ai choisi d’être pleinement présent et engagés dans une seule et unique tâche à la fois. Peu importe la tâche, travail, organisation, conversation, jouer avec mes enfants ou une séance d’entraînement. Le secret savoir dire non.

C’est indispensable pour ne pas s’épuiser et être partout et nulle part à la fois.

9. Abandonner le besoin de contrôler tout

“Certaines choses dépendent de nous, et certaines choses ne dépendent pas de nous.”

Épictète

Différencier les deux est important, je me suis détaché des choses que je ne pouvais pas contrôler, et je me suis concentré sur celles que je pouvais faire. La seule chose que je suis capable de contrôler est mon attitude envers quelque chose.

10. Abandonner OUI aux choses qui ne soutiennent pas vos objectifs

“Celui qui accomplirait peu de choses doit sacrifier peu;

Celui qui veut accomplir beaucoup doit sacrifier beaucoup” 

James Allen

Les gens qui réussissent savent ceci pour accomplir leurs objectifs de vie. J’ai appris à dire NON aux tâches, aux activités, et aux demandes de mes amis, famille, et collègues.

Sur un court terme, j’ai sacrifié un peu de gratification instantanée et encaisser une perte même d’estime sociale autour de moi. Mais quand je vois que nos objectifs de famille arrivent à maturité, je me dis que cela en vaut la peine.

11. Abandonner les gens toxiques

Vous êtes la moyenne des cinq personnes avec qui vous passez le plus de temps.”

Jim Rohn

Les personnes avec qui nous passons le plus de temps, contribuent à ce que nous devenons.

Je passe donc le plus de temps possible avec des personnes confiantes, positives et motivées dans leur vie. La joie et l’optimisme des gens motivés déteignent sur ceux qui les entourent. Et je me sens mieux, à ma place.

Je vous conseille de jeter un coup d’œil autour de vous, et voyez si vous avez besoin de faire certains changements.

12. Abandonner le besoin d’être aimé

Pendant longtemps, j’ai voulu plaire à tout le monde et je me suis détaché petit à petit de ma vraie personnalité. Désormais je pense à moi, ma femme et mes 2 enfants en priorité.

Je suis redevenu moi-même, une personne authentique, sincère et engagée. Et j’ai compris que les critiques, l’indifférence et la jalousie signifient que je fais des choses importantes.

13. Abandonner la dépendance sur les réseaux sociaux et la télévision

“Le problème est que vous pensez avoir du temps.” 

Bouddha

Les réseaux sociaux, la navigation sur le Web et de regarder la télévision sont une maladie de la société d’aujourd’hui.

J’utilise désormais que les réseaux sociaux et le web dans le cadre de mon travail et de mon partage d’expérience sur mon blog. Je lis 1 livre par mois, j’écoute des livres audios, je forme, je m’apprends, je me cultive.

À moins que vos objectifs ne dépendent de l’un ou l’autre, vous devriez minimiser (ou éliminer) votre dépendance à leur égard. Et diriger ce temps vers des choses qui vous permettent de vous épanouir dans votre vie.

 

Arnaud

Continuer la lecture >

Voilà 1 an que mon projet de partage autour du mieux-être est lancé avec la mise en route du site www.bienetrequotidien.fr et ses réseaux sociaux associés dont Facebook et Instagram.

Après un été relativement tranquille suite à la marathon Race d’Annecy et un passage en Auvergne pour m’oxygéner le corps et l’esprit en famille, retour aux choses sérieuses avec ce qui me tient à cœur et qui donne du sens à ma vie : le partage.

Effectivement, j’aime partager mon temps avec ma famille, mes amis. J’aime partager une session de sport tant en entrainement qu’en compétition. J’aime partager mon expérience sur la nutrition santé et sportive. J’aime partager mon bonheur et mon bien-être surtout après une longue et difficile période suite à mon burn-out en 2013 car je ne le souhaite à personne. Enfin j’aime partager mon temps pour une cause utile.

C’est pour cela qu’après le trail urbain de Caudry, j’ai décidé de donner d’avantage de mon temps pour ceux qui ne peuvent plus en prendre. Fin août j’apprends une triste nouvelle concernant Lucie, une copine avec qui j’ai partagé de bons moments depuis l’école primaire disparue des suites de son cancer. J’avais échangé durant plusieurs mois pour l’aider dans cette terrible épreuve mais en vain.

Entre tristesse et impuissance, plusieurs questions me traversent l’esprit comment puis-je venir en aide ? De quelle façon je peux sensibiliser les personnes rien que sur l’alimentation car je suis intimement persuadé qu’elle joue un rôle prépondérant dans nos maladies dîtes de civilisation et je vous renvoie à la lecture d’un article du Professeur Joyeux

Comment allier ma nouvelle activité professionnelle d’opportunity manager, mes passions, le sport et notre projet de vie ?

Sans hésitation, pour rassembler déjà les 2 piliers précédemment cité “Sport” et “Projet de vie” je décide de participer à la cyclocancer organisée par la Teamcyclocancer.com qui est une association à but non lucratif et a pour but de lutter contre le cancer par la pratique du sport cycliste en collectant des fonds pour aider la recherche.

Une balade sous la signe de la convivialité pour la bonne cause avec une super organisation.

Quoi de mieux pour être en phase entre mon corps et mon esprit en participant au 46 km de cette cyclosportive qui a rassemblé plus de 600 coureurs à Cailly, proche de Rouen (76).

bien-etre-quotidien-cyclo-cancer-1

Voilà le sens du partage que je souhaite faire perdurer avec mon site www.bienetrequotidien. Le partage est pour moi une véritable aventure humaine qui est l’une de mes principales sources de motivation pour moi et ma famille.

Au plaisir d’échanger mes fidèles lecteurs et lectrices car on apprend tellement dans une vie. Je vous souhaite de partager vos connaissances avec les personnes que vous rencontrez, cela ne peut que les aider. Plus important encore, partager vos échecs et vos expériences pour que les autres ne reproduisent pas les mêmes erreurs.

Arnaud

Continuer la lecture >