Bien-être quotidien > LifeStyle

Le vendredi 28 juillet 2017 au journal télévisé, la chaîne de télévision française TF1 a mis en avant la société française NL International qui existe depuis 2003 avec un reportage sur le secteur de la vente directe à domicile.

Arrivé dans l’Hexagone en 1961, la vente directe continue de progresser. L’image de cette industrie se modernise grâce au digital et la liberté d’entreprendre d’un complément de revenu jusqu’au plan de carrière sur mesure pour les personnes en quête de reconversion professionnelle.

La vente directe est créatrice d’emplois, son chiffre d’affaire a augmenté de 3,5% en un an. De nombreux auto-entrepreneurs en profitent et se reconvertissent dans ce secteur porteur.

Ce reportage issu du journal télévisé de 20h du mercredi 28 juillet 2017 présenté par Audrey Crespo-Mara sur TF1 (Source LCI)

Envie d’entreprendre, de diversifier vos revenus, d’avoir du temps pour vous ?

C’est ainsi que j’ai pu d’en un premier temps me diversifier en 2014 et ensuite passer du statut VDI à la création de ma SARL en 2018 toujours sans investissement, sans stock, sans magasin. 

Voici l’évolution de mon chiffre d’affaire depuis 2014 dans ce secteur ultra-porteur du mieux-être. 2018 : +68% de croissance à n-1

Alors pourquoi pas vous ?

Continuer la lecture >

Véritable passionné des technologies, je souhaite vous partager notre futur avec la révolution numérique qui s’annonce très passionnante pour la e-santé dont la prévention santé.

Nous comptons en 2017 plus de 8 milliards d’objets connectés. Le domaine de l’alimentation est entrain de s’adapter aux nouveaux usages avec des objets connectés, des applications éducatives et des appareils électroménagers intelligents pour accéder plus facilement à la nutrition-santé.

Les appareils électroménagers intelligents

La cuisine va devenir une place centrale de la maison pour proposer des recettes adaptées que l’on pourra suivre en vidéo en fonction de ce que nous avons à disposition dans notre frigo qui est entrain de connaître sa digitalisation.

Effectivement le frigo est capable d’identifier les aliments, de gérer de manière autonome son contenu, de créer votre liste de courses et même de passer commande de vos aliments et boissons préférés.

Au niveau de la préparation culinaire, les plaques de cuisson et casseroles seront elles aussi connectées et capables d’identifier la nature et la quantité de chaque aliment. La cuisson sera adaptée pour garder la saveur et la valeur nutritionnelle sans oublier la maîtrise des dépenses énergétiques.

Nous serons alors guidés pour (enfin) démocratiser l’alimentation équilibré grâce à une balance connectée à une base de données recensant les propriétés nutritionnelles de chaque aliment.

La personne diabétique pourra plus facilement contrôler la quantité et la qualité du sucre présent dans les différents aliments. Egalement les personnes allergiques pourront connaître plus facilement les aliments à risque.

Le traitement des déchets et le recyclage avec la poubelle auto-recyclante favorisera le retour à la terre des nutriments.

Pour profiter de toutes ces préparations culinaires équilibrés, des verres et carafes assureront l’hydratation suffisante de notre famille, des couverts ajusteront la vitesse de nos repas, ou encore des ruches urbaines nous fourniront le miel…

La santé au cœur de la FoodTech

Bien plus qu’un simple gadget, la “cuisine du futur” sera au service de notre santé, c’est pour cela que nous parlons de e-santé car elle sera connectée.

De nombreux avantages s’offrent à nous dont le gain de temps pour faire les courses, la préparation des repas qui pourront se préparer tranquillement pendant que nous faisons autre chose (sport, lecture, enfants …).

L’intérêt principal est aussi d’augmenter la préparation de repas faits-maison équilibrés, diminuant ainsi la consommation de plats préparés qui ont généralement une mauvaise valeur et qualité nutritionnelles.

Cuisine de demain, le futur de la E-Santé

Depuis l’arrivée des smartphones, nous sommes passés de l’ère du surf et de l’information à l’ère de la recommandation et du partage. La cuisine de demain accompagnera les utilisateurs au quotidien dans leur alimentation équilibré  avec pour celles et ceux qui le souhaitent un accompagnement personnalisé à domicile.

L’éducation alimentaire équilibré est l’enjeu majeur de demain pour manger moins mais manger mieux car 20% de calories en moins c’est 20% de vie saine en plus.

La technologie devra être au service de la nutrition-santé pour éduquer tout un chacun à l’équilibre alimentaire pour lutter contre la malbouffe, les déséquilibres alimentaires et enfin inverser la tendance des maladies dites de civilisation liés à l’alimentation.

Un seul mot d’ordre que je partage à 200% : Circuit court, vente direct de proximité, produits locaux, diversité alimentaire, partage et convivialité.

A demain dans votre cuisine du futur, Arnaud

Continuer la lecture >

[MINDSET | EPISODE 1/8]

En toutes circonstances, vous sentez vous à la bonne place au bon moment ?

Il est nécessaire dans chaque moment de sa vie de s’auto-évaluer, de prendre le temps pour savoir si nous vivons en concordance avec nos valeurs.

L’estime de soi s’apprécie par la fierté que nous avons d’être nous-même en passant à l’action en phase avec nos valeurs. En effet, les valeurs constituent la motivation la plus puissante qui soit et expliquent tous nos comportements, qu’ils soient conscient ou non.

L’estime de soi mène à la réalisation de soi et au lâcher-prise.


Depuis ce jeudi d’octobre 2013, où mon corps m’a fait comprendre suite à mon burn-out qu’il fallait que je change quelque chose. J’ai écouté ce message qu’il me délivrait de façon certes violente mais je ne l’avais si peu écouté jusqu’à lors.

J’ai donc pris le temps de m’auto-évaluer pour repartir sur des valeurs saines, sereines en aidant les autres, en étant inspirant pour accompagner celles et ceux qui me font confiance, qui m’aime, m’apprécie pour ce que je suis et ce que je fais.

Le chemin a été long, sinueux, fastidieux mais nécessaire car de toute façon un jour où l’autre nous y sommes tous confrontés.

Voici quelques conseils que j’applique au quotidien :

Etre bien dans ma peau en mangeant équilibré, varié le plus souvent possible en limitant le gras, le sucre, le sel. Tout en faisant de l’exercice hebdomadaire régulier (footing, vélo, natation, jardinage, jouer avec les enfants …)

Etre fier de moi-même en réalisant des tâches quotidiennes aussi insignifiantes qu’elles soient mais nécessaire pour vider “ma poubelle mentale” (Un livre que j’ai apprécié : Le bonheur d’être soi | Moussa Nabati)

Partager mes compétences autour de moi sur ce que je connais et maîtrise

Etre conscient de mon potentiel en s’inspirant du passé pour créer le futur pour vivre le moment présent (un autre livre qui m’a bien aidée : Le pouvoir du moment présent | Eckhart Tolle)

Apprendre chaque jour quelques choses de nouveaux autour d’une discussion, d’une lecture, d’une vidéo, d’un jeu …

Aimer et l’être en retour avec des personnes positives, optimistes bref qui me donne envie d’échanger avec elles. Désormais je fuis les personnes toxiques, pessimistes qui donnent leur avis sur tout sans même savoir ou comprendre.

Je vous souhaite de créer cette nouvelle habitude mais vous devez tout d’abord vous arrêter pour prendre conscience de votre état émotionnel, de votre fatigue mentale pour enfin décider de vous faire confiance.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment.

Alors j’ai pu me relaxer.

Aujourd’hui je sais que çà s’appelle Estime de soi.

Lisez, aimez, partagez, Arnaud

Continuer la lecture >

Dans ma pratique sportive depuis l’âge de 5 ans notamment dans le foot à l’ES Caudry (Nord) et le Sport Etudes au Quesnoy, les valeurs et l’éthique du sport ont toujours été ancrés où j’ai toujours respecté ces 2 piliers.

Après l’arrêt du foot au début des années 2000, j’ai découvert d’autres sports qui au niveau amateur révèlent des surprises quant au véritable respect des différentes valeurs, pratiques …

Tout d’abord en 2004 avec le VTT, puis en 2010 avec la course à pieds sans oublier la découverte du trail en 2013 pour découvrir depuis peu le triathlon.

Dans tous ces sports que j’ai pratiqué, le mot plaisir est souvent relayé au second plan laissant la performance, la pression du résultat prendre le dessus.

C’est donc tout naturellement que j’ai rejoint le Comité Ethique et Sport pour les aider à diffuser les messages en phase avec mes valeurs.

C’est pour cela que nous organisons les 30 et 31 mai 2017 à Paris, 2 journées sur 2 thématiques.

Plus d’infos pour vous inscrire gratuitement

 


 

30 MAI 2017 | LA MALTRAITANCE : COMPRENDRE POUR PRÉVENIR

Le sport offre un formidable terrain d’expression, de dépassement de soi, de réalisation, d’épanouissement et d’intégration. Pourtant, les exigences que nécessite l’environnement sportif (intensité des entraînements, régimes alimentaires, relations fusionnelles avec l’entraîneur, rivalités au sein d’une équipe, proximités corporelles), posent la question des limites au-delà desquelles peuvent se développer maltraitance psychologique et/ou physique, harcèlements moral et sexuel, troubles du comportement alimentaire, violences sexuelles.

Des faits divers comme les affaires Lussac en gymnastique, Moyon de Baecque en athlétisme, Demongeot en tennis ou les violences sexuelles concernant des centaines de footballeurs en Angleterre pendant les années 1970 à 1990 posent la question de l’étendue du phénomène dans le monde du sport et sa constitution en tant que problème à part entière.

Bien que la recherche dans ce domaine soit encore carencée, une étude scientifique de grande ampleur (Décamps & al., 2008) met en évidence une prévalence des violences sexuelles dans le sport s’élevant à 8% chez les pratiquants.

Toutes les disciplines sont impactées, aussi bien dans le haut niveau que chez les amateurs. Les plus touchés sont les enfants/adolescents et les femmes. Toutefois, la loi du silence, la honte, le manque de dispositifs de prévention et d’accompagnement isolent les personnes atteintes et représentent de surcroît un facteur à risque supplémentaire de subir de nouvelles violences. Face à cette omerta, au déni ou la minimisation des violences, des réponses juridiques et thérapeutiques existent.

Le Comité Ethique et Sport souhaite à travers cette Journée définir ce qui est acceptable ou non en matière sportive, sensibiliser les différents acteurs du secteur sportif (fédérations, pouvoirs publics, instances juridiques…) et enfin apporter des propositions concrètes.

Par cette Journée, le  Comité Ethique et Sport veut impulser une prise de conscience du problème de la maltraitance dans le sport et permettre un accompagnement adapté aux personnes victimes.

 

 

31 MAI 2107 | LA LUTTE ANTI-DOPAGE : AGIR PAR DE NOUVELLES VOIX

Le sport est devenu un extraordinaire vecteur de paix et de développement humain. Des milliards d’enfants et d’adultes à travers le monde s’y adonnent chaque jour dans les écoles et les clubs qui lui sont dédiés ou simplement dans la rue. Ils sont portés par le même esprit d’amitié, de fair-play et de dépassement de soi; autant d’éléments qui contribuent au sentiment que la réussite et le mérite sont des réalités tangibles et accessibles.

Ces valeurs éthiques et morales contribuent ainsi à faire du sport un pilier essentiel de nos sociétés.

Néanmoins, en moins de vingt ans, les problèmes liés au dopage sont devenus un enjeu essentiel de la protection de l’intégrité et de l’équité des compétitions sportives. Santé des sportifs en danger, résultats des compétitions faussées, omerta du milieu sportif, minimisation des autorités sportives sur les cas de dopage dans leur discipline, sont autant d’éléments qui portent atteinte à l’image positive et aux valeurs véhiculées par le sport.

Comme vous le savez, les atteintes à l’intégrité des compétitions sportives résultent des différents scandales de manipulation compétitions sportives qui ont émaillé l’actualité ces dernières années. Ils montrent que le mur de l’omerta tend à se fissurer.

Pour autant, de nombreuses questions restent en suspens telles que la protection des lanceurs d’alerte, la formation et l’information des médecins, l’amélioration des contrôles anti-dopage ainsi que la réparation du préjudice subi par les athlètes lésés. Ce sont ces sujets qui feront l’objet des différentes tables rondes et rythmeront le déroulé de cette journée que nous espérons riche
en débats, enseignements et propositions.

 


 

Comment participer?

Accès gratuit sur inscription préalable et dans la limite des places disponibles.
Votre participation vous sera confirmée par mail.

Où se déroule l’événement ?

Dans l’amphithéâtre José Soubiran de notre partenaire l’INSEEC
27 avenue Claude Vellefaux – 75010 Paris

Comptant sur votre aide pour relayer l’information autour de vous. Merci Arnaud

Continuer la lecture >

Je vous partage ma récente interview réalisé pour Catherine Borie 

Arnaud a fait un Burn-Out et en est sorti transformé. Il a choisi de vivre différemment et nous fait part de son expérience au travers de ce témoignage.

Catherine B.: Bonjour Arnaud, et merci d’avoir accepté de répondre à mes questions

Arnaud D. : Bonjour Catherine, ravi de pouvoir partager mon expérience qui est au final une opportunité… tout dépend de l’état d’esprit dans lequel on se trouve!
Le mien a toujours été tourné vers l’optimisme.

C.B : Arnaud, pouvez-vous vous présenter en quelques mots : quel âge avez-vous ? Que faites-vous dans la vie aujourd’hui ?

A.D : Originaire du nord de la France habitant en Normandie, âgé de 35 ans, heureux papa de 2 garçons, j’ai suivi le schéma traditionnel de réussir à l’école pour avoir un beau diplôme, un beau métier, une belle maison… Actuellement je suis Cadre Ingénieur dans l’industrie de l’ameublement et j’accompagne ma femme à développer une entreprise autour du bien-être, nous y reviendrons un peu plus tard.

C.B : Vous avez fait un Burn-Out il y a quelques temps. Pouvez-vous nous en parler ?

A.D : De mon Burn-Out, je me rappelle exactement les moindres détails de ce jeudi 3 octobre 2013, véritablement K.O debout.

C.B : C’est précis en effet ! Que s’est-il passé ? Pourquoi en êtes-vous arrivé là ?  

A.D : J’évoluais dans un contexte de travail où le rythme allait toujours plus vite, plus fort, plus ambitieux pour remplir les objectifs d’ingénieur, de satisfaire l’entreprise traditionnelle hiérarchique, faire toujours plus de chiffres d’affaires…
Bref ce jeudi là, à 12h16, un horrible mal de crâne, des suées, une vision qui devient floue, seul un spectre de ma vue de quelques centimètres de diamètre est net, ce qui me permet de rentrer à mon domicile.
Etant sûr de mes capacités, je pensais qu’après une bonne sieste, ça serait reparti ! Sauf que cette fois, j’ai véritablement poussé la formidable machine qu’est le corps humain.
Je ne me suis arrêté que 2 jours car la fierté et l’orgueil ne me donnaient pas raison et je devais rendre le travail qui m’avait été confié.

C.B : Vous n’avez donc pas vraiment pris le temps de récupérer… que s’est-il passé suite à cela ?   

A.D : Un véritable parcours du combattant a alors commencé et a duré plus de 2 ans, coincé dans la spirale de la vie avec des crédits, un foyer à nourrir, un rythme de vie …

Mais comment faire ?

Tout quitter pour tout reconstruire ou faire le dos rond en écoutant mes proches ? Car à leurs yeux j’ai une belle situation sauf que je n’ai plus de vie, ma santé physique et mentale sont en lambeaux.

Je cachais mon mal-être au travail car je me sentais toujours jugé, en répondant inlassablement à la question du lundi « Comment ça va ? Ça va ». Les nuits s’enchaînaient et se ressemblaient, quand j’arrivais à dormir, j’étais encore plus fatigué au réveil.

Le sentiment que ça ne sera plus comme avant s’ancrait petit à petit.

C.B : Avez-vous été soutenu par votre entourage ?

A.D : Poussé dans mes retranchements, seule ma femme me comprenait à moitié dans un premier temps, pour véritablement me soutenir au bout de plusieurs mois.
Le soutien, c’est l’empathie, donc aucune personne n’a été en mesure de me comprendre réellement. L’incompréhension était totale autour de moi, j’en ai même perdu des « amis ». J’étais livré à moi-même où seules ma foi et ma confiance en moi étaient mes atouts pour rebondir.

C.B : Comment avez-vous fait pour vous reconstruire ?

A.D : Pour me reconstruire, j’ai décidé de repartir des bases.
Dans un premier temps, je m’isole, je me ressource, je me mets à lire, je découvre avec ma femme une nouvelle opportunité de travail où on aide les personnes à réussir, pour réussir soi-même, tout en étant indépendant, et ça, ça me plait.

Je décide de ne prendre aucun médicament, de rétablir une hygiène de vie saine basée sur les 3 principes fondamentaux : Alimentation, Activités physiques et Relaxation.
J’en profite également pour mettre mon expérience au service des autres en créant mon blog www.bienetrequotidien.fr.

Je dois également beaucoup à 2 excellents thérapeutes qui m’ont permis de me reconnecter au petit garçon de 9 ans qui avait des rêves plein la tête. Merci à C.Touret (Ostéopathe) et J.Drolon (Kinésithérapeute) tous deux sur Rouen.

C.B : Arnaud, vous avez donc repris le même métier mais vous travaillez sans doute différemment. Pouvez-vous nous dire comment vous faites aujourd’hui ?

A.D : Etant passionné par mon métier, travaillant à l’affectif, je continue mon travail de cadre ingénieur mais en sachant désormais dire non. J’ai surtout diversifié et sécurisé mon parcours de vie avec l’entreprise que nous développons avec un collectif d’entrepreneurs français.

C.B : Vous semblez avoir fait de votre votre Burn-Out une véritable force. Quelles leçons tirez-vous de cette expérience ?

A.D : Cette expérience est nécessaire pour toutes les personnes qui travaillent à l’affectif, qui ne savent pas dire non, qui se sont enfermées dans ce plan de 40 ans de travail comme enchainées à un poteau qui n’existe pas.

C’était mon cas et j’ai désormais pris conscience que le monde change et que nous devons nous adapter en travaillant autrement.

Avant, je voulais plaire à tout le monde car à l’école on nous apprend qu’il faut être gentil avec tout le monde. Ainsi j’ai adopté une nouvelle façon de vivre, je n’ai plus peur du jugement. Celui qui m’apprécie tant mieux, sinon tant pis. J’ai décidé de réussir ma vie et non plus dans ma vie.

C.B : Je crois savoir que vous lisez beaucoup. Quels livres vous ont aidé en particulier dans cette épreuve ?

A.D : Avant l’âge de 32 ans, je n’ai jamais réellement lu. Depuis ce jour d’automne 2013, je lis entre 1 à 2 livres par mois autour du bien-être, du développement personnel, du managament … Les livres qui m’ont littéralement secoués pour comprendre où j’en étais arrivé sont « Le Bonheur d’être soi » de Moussa Nabati, « L’entreprise du 21e Siècle » de Robert Kiyosaki & John Fleming, « Plus malin que le diable » de Napoleon Hill et « Le léger avantage » de Jeff Olson.
J’ai trouvé ma raison d’être en aidant les autres à la trouver.
Je vous laisse sur une citation qui me tient à cœur de Sénèque « Nous commençons à vieillir quand nous remplaçons nos rêves par des regrets ».
Je vous souhaite donc d’avoir des rêves pour les réaliser !

C.B : Merci beaucoup Arnaud !

Continuer la lecture >