Our Archive

Welcome to your Archive. This is your all post. Edit or delete them, then start writing!

Bien-être quotidien >

Parfois, pour réussir ce que l’on entreprend, nous n’avons pas besoin d’ajouter plus de choses mais plutôt de renoncer à certaines choses.

Même si chacun d’entre nous a une définition différente de la réussite, il y a certaines choses qui sont universelles. 

Voici quelques conseils qui m’ont permis d’être sur le chemin de la réussite et du bien-être. Certains conseils sont applicables dès maintenant, pour d’autres j’ai eu besoin de plus de temps.

Le plus important c’est de décider et de passer à l’action.

1. Abandonner la mauvaise hygiène de vie

“Prenez soin de votre corps, c’est le seul endroit où vous êtes obligé de vivre.

Jim Rohn

Pour me permettre de ré-équilibrer ma vie, d’abord j’ai pris soin de ma santé. Et il n’y a que deux choses que j’ai gardé à l’esprit :

1. Alimentation saine
2. Activité physique

Chaque petits pas sont importants, et mon corps me remercie chaque jour.

2. Abandonner la vison à court terme

“Vous ne vivez qu’une fois, mais si vous le faites bien, une fois c’est suffisant.” 

Mae West

En famille, nous nous sommes fixés des objectifs à long terme car je sais que nos objectifs ne sont que le résultat de nos habitudes à court terme.

Ces habitudes saines répétées chaque jour ne doivent pas être quelque chose que je fais mais doivent être quelque chose que je suis.

3. Renoncer à jouer petit

Je me suis rendu compte avec mon expérience que si je n’essayais jamais de saisir des opportunités, ou de permettre à mes rêves de devenir des réalités, je ne réaliserais jamais mon véritable potentiel.

Et les personnes autour de moi ne profiteront jamais de ce que je peux réaliser avec elles.

Donc j’exprime mes idées, je n’ai ni la peur d’échouer ni de réussir.

4. Abandonner les excuses

“Le destin bat les cartes mais c’est nous qui les jouons.”

Randy Pausch, la dernière conférence

Les gens qui réussissent savent qu’ils sont responsables de leur vie, peu importe le point de départ, les faiblesses et les échecs passés.

J’ai réalisé que je suis entièrement responsable de ce qui se passe dans ma vie. C’est à la fois effrayant et passionnant.

Mais c’est la seule façon de réussir ce que l’on entreprend parce que les excuses nous limitent et nous empêchent de grandir personnellement et professionnellement.

5. Abandonner l’esprit fermé

“L’avenir appartient à ceux qui apprennent plus de compétences et les combinent de façon créative.”

Robert Greene

Dans un état d’esprit fermé, les personnes croient que leur intelligence ou leur talent, sont simplement des traits de caractères et que le talent seul crée le succès – sans effort. Ils ont tort.

Et les gens qui réussissent le savent.

Quotidiennement j’investis une quantité immense de temps pour développer un état d’esprit et une mentalité de croissance, pour acquérir de nouvelles connaissances,  pour apprendre de nouvelles compétences qui vont m’aider dans ma vie.

6. Renoncer à croire dans la chance.

“Tous les jours et à tout point de vue, je vais de mieux en mieux.”

Émile Coué

J’ai longtemps cru à la chance et j’ai désormais compris que j’aide la chance et non j’ai de la chance (Merci Philippe Gabilliet). La réussite d’un soir est un mythe.

Chaque jour je planifie mon avenir en améliorant seulement 1% de ce que j’ai réalisé la veille. Et je vous renvoie vers une lecture que j’apprécie tout particulièrement “L’effet cumulé – Darren Hardy“.

7. Abandonner le perfectionnisme

Difficile quand mon parcours scolaire comme beaucoup d’écoliers où l’on entend chaque jour : Travail bien à l’école pour avoir de bonne notes, pour avoir un bon bulletin, pour avoir un bon diplôme, pour avoir un bon métier, pour un bon salaire, pour un avoir une belle maison …

Bref, je l’ai compris heureusement ou malheureusement après mon burn-out d’octobre 2013, rien ne sera jamais parfait, peu importe le nombre de fois que j’essaie. 

La peur de l’échec (ou même la peur du succès) m’a empêché souvent de prendre des décisions et d’être créatif.

J’ai perdu beaucoup d’opportunités en attendant que les choses se passent bien, car le meilleur moment n’existe jamais.

8. Abandonner le multitâche

“Vous n’arriverez jamais à destination si vous vous arrêtez pour jeter une pierre à chaque chien qui aboie sur votre passage.” 

Winston Churchill

Les gens qui réussissent le savent. C’est pourquoi j’ai choisi d’être pleinement présent et engagés dans une seule et unique tâche à la fois. Peu importe la tâche, travail, organisation, conversation, jouer avec mes enfants ou une séance d’entraînement. Le secret savoir dire non.

C’est indispensable pour ne pas s’épuiser et être partout et nulle part à la fois.

9. Abandonner le besoin de contrôler tout

“Certaines choses dépendent de nous, et certaines choses ne dépendent pas de nous.”

Épictète

Différencier les deux est important, je me suis détaché des choses que je ne pouvais pas contrôler, et je me suis concentré sur celles que je pouvais faire. La seule chose que je suis capable de contrôler est mon attitude envers quelque chose.

10. Abandonner OUI aux choses qui ne soutiennent pas vos objectifs

“Celui qui accomplirait peu de choses doit sacrifier peu;

Celui qui veut accomplir beaucoup doit sacrifier beaucoup” 

James Allen

Les gens qui réussissent savent ceci pour accomplir leurs objectifs de vie. J’ai appris à dire NON aux tâches, aux activités, et aux demandes de mes amis, famille, et collègues.

Sur un court terme, j’ai sacrifié un peu de gratification instantanée et encaisser une perte même d’estime sociale autour de moi. Mais quand je vois que nos objectifs de famille arrivent à maturité, je me dis que cela en vaut la peine.

11. Abandonner les gens toxiques

Vous êtes la moyenne des cinq personnes avec qui vous passez le plus de temps.”

Jim Rohn

Les personnes avec qui nous passons le plus de temps, contribuent à ce que nous devenons.

Je passe donc le plus de temps possible avec des personnes confiantes, positives et motivées dans leur vie. La joie et l’optimisme des gens motivés déteignent sur ceux qui les entourent. Et je me sens mieux, à ma place.

Je vous conseille de jeter un coup d’œil autour de vous, et voyez si vous avez besoin de faire certains changements.

12. Abandonner le besoin d’être aimé

Pendant longtemps, j’ai voulu plaire à tout le monde et je me suis détaché petit à petit de ma vraie personnalité. Désormais je pense à moi, ma femme et mes 2 enfants en priorité.

Je suis redevenu moi-même, une personne authentique, sincère et engagée. Et j’ai compris que les critiques, l’indifférence et la jalousie signifient que je fais des choses importantes.

13. Abandonner la dépendance sur les réseaux sociaux et la télévision

“Le problème est que vous pensez avoir du temps.” 

Bouddha

Les réseaux sociaux, la navigation sur le Web et de regarder la télévision sont une maladie de la société d’aujourd’hui.

J’utilise désormais que les réseaux sociaux et le web dans le cadre de mon travail et de mon partage d’expérience sur mon blog. Je lis 1 livre par mois, j’écoute des livres audios, je forme, je m’apprends, je me cultive.

À moins que vos objectifs ne dépendent de l’un ou l’autre, vous devriez minimiser (ou éliminer) votre dépendance à leur égard. Et diriger ce temps vers des choses qui vous permettent de vous épanouir dans votre vie.

 

Arnaud

Read More

SPORT :

Pour la première année depuis 5 ans, le raid multisport du Touquet n’est plus une échéance mais fait parti intégrante de ma préparation sportive. Effectivement voici 1 semaine que j’ai démarré ma préparation pour la marathon Race d’Annecy (29 mai 2016) avec une montée en charge progressive des entraînements.

J-1, les préparatifs

Pour se lancer sur un raid, la liste du matériel est longue en fonction des différentes épreuves. Pour ne rien oublier, je vais partir de la tête aux pieds.

• séesque (vtt, run&bike)

• Lumière frontale (course d’orientation de nuit)

• Lunette (contre les projections de boue en vtt et le soleil)

• Tour de cou (très confortable pour éviter lors d’un changement d’épreuve et de rythme de prendre froid surtout sur une épreuve de 2 jours)

• Veste de pluie (bien évidemment s’il pleut mais aussi pour le canoé).

• Gilet de sécurité pour les épreuves nocturnes

• Sac à dos avec poche à eau, alimentation, pompe, chambres à air, emplâtre pneu vtt, téléphone, batterie de secours

• Sac avec vêtement de rechange lors de changement d’épreuve (chaussettes, short, chaussures, t-shirt, alimentation, hydratation)

• Vêtement chaud semi-compressif pour un bon maintien musculaire mais aussi la régulation de la température corporelle

• Cuissard, shorty

• Ceinture porte-dossard

• Chaussette avec manchon de compression

• Double paires de basket pour essayer de garder toujours les pieds au sec.

• Trottinette ou paire de roller

• Vtt avec lampes et arrières, porte carte pour l’orientation, bidon d’eau et nécessaire pour réparer

• Montre pour respecter les barrières horaires avec idéalement un cardio pour éviter de se mettre dans le rouge car la route est longue sur les 2 jours

• Couverture de survie

Voici une liste la plus exhaustive possible, soit un peu plus de 6-8 kilos de matériels à emporter.

Comme chaque année, les préparatifs génèrent des surprises. En effet, lors de la préparation de mon vélo, je me suis aperçu qu’un rayon de ma roue arrière était cassé, pas évident à 24h du départ de trouver où et comment le réparer. Pas de stress, grâce à Thomas Georget et Culture vélo à Louviers qui a pu réparer mon vélo vendredi soir, pas mal pour un 1er avril :-)) Et également un GRAND merci à Thomas pour le prêt du VTT Cannondale pour Victorien.

Jour 1, première balade aux abords du Touquet

Arrivés en famille vers midi à proximité du Touquet chez nos amis qui nous font toujours l’immense plaisir de nous accueillir et surtout de nous supporter. Effectivement “supporter” prend tout son sens car il faut prendre sur soi quand on voit la liste du matériel, les différents déballages étalés partout dans la maison … bref je vous passe les détails de l’état de la maison. Néanmoins “supporter” prend une autre dimension surtout lorsque l’on sait que l’on va à la rencontre l’espace de quelques secondes pour voir et entendre les encouragements de nos enfants, nos femmes, nos amis … çà efface toutes les douleurs, rebooste le moral, bref du bien-être à l’état pur.

13h15 : direction le centre tennistique du Touquet pour la vérification du matériel obligatoire, la récupération de nos dossards avec cette année le numéro 69. Mais pour cette nouvelle édition, on va pas me la faire à l’envers, l’objectif prendre du plaisir et capitaliser sur les expériences antérieures pour faire un bon raid et tenter d’améliorer notre 117e place lors de l’édition 2015.

16h30 : départ pour le centre tennistique du Touquet pour récupérer les cartes. Nous étudions le programme de cette première journée qui est complet sans être trop copieux : 8km run&bike, 8km trottinette, 6km Course d’orientation, 4km canoé, 15km trail d’orientation. Pour être bien placé, la course d’orientation est primordiale car chaque balise non pointée nous pénalise de 20 minutes. Pour ce type d’épreuve il est impératif de connecter le corps et l’esprit.

Je prends donc le temps de pointer chaque balise et de mettre en place une stratégie de course avec Victorien. Nous avons le choix après le run&bike d’enchainer les épreuves comme nous le souhaitons. Finalement nous choisissons de faire les épreuves dans l’ordre même si après coup le trail d’orientation aurait été plus simple avant le coucher du soleil.

course-orientation-raid-touquet-darchu-lanon-bien-etre-quotidien

17h30 : départ en convoi vers la plage à proximité de l’Aqualud en passant par la rue Saint Jean sous les quelques applaudissements des touristes venus pour le week-end. En arrivant sur le bord de mer, les acclamations se font entendre. J’essaie de bien m’échauffer pour essayer de partir dans les meilleures conditions pour le run&bike. Mais lors de cette dernière répétition une vive douleur me transperce le genou comme un coup de poignard dans la zone du ménisque interne, impossible de marcher et encore moins de courir normalement. Pas de panique mais une grande inquiétude sur le fait de parcourir les 100 kms sur les 2 jours. En étant aller 48h avant chez le kiné, je pensais justement bien faire pour corriger les petits désagréments au final c’est pire. Le quadriceps est complètement tendu, je boite, je n’arrive pas à déverrouiller le genou mais je continue tout de même à m’échauffer sur le vélo.

18h00 : le coup d’envoi est donné pour cette 16 ème édition du Touquet Raid Pas de Calais. Victorien est parti tranquillement à son allure de diesel avec bien évidemment des chevaux sous le capot. Nous partons en VTT 20 secondes plus tard direction Stella-Plage. Le sable est mou, les couteaux de mer craquent sous les roues des VTT, le public nous encourage, la pression se libère j’oublie l’espace d’un instant ma vive douleur dans le genou et décide de pédaler pour rejoindre rapidement Victorien qui s’est placé solidement dans les 15 premiers. Je le dépasse en l’encourageant et dépose le vélo 200-300 mètres plus loin en levant le bras pour qu’il localise où le vélo est situé sur le sable.

Les premières foulées sont difficiles car je n’arrive pas à trouver une foulée naturelle avec un bon déroulé du pied. Je serre les dents et souhaite que Victorien arrive le plus rapidement possible pour remonter sur le vélo. Nous enchainons des relais toutes les 2-3 minutes pour garder en vélocité et efficacité. Le choix du tracé dans le sable est tactique car le vélo a vite fait de s’enliser dans le sable mou. Petit à petit nous remontons dans le top 10 où nous commençons à côtoyer les élites. Mi-parcours du run&bike, nous faisons demi-tour et nous voilà repartis pour rejoindre le point de changement d’épreuve où nous continuons sur un rythme soutenu de 16km/h de moyenne à rattraper les premiers. Nous sortons 6ème de cette épreuve pour continuer avec les 8 kms Trottinette ou rollers. Victorien a fait le choix de courir et nous perdons quelques minutes car notre vitesse de croisière atteint les 20-21 km/h. Nous arrivons tout de même à garder les 15-20 premières places.

Le genou commence à se débloquer mais sans être très probant.

19h05 : Nous voilà parti pour la mini course d’orientation afin de rallier le canoé, le parcours nous le connaissons et nous trouvons les balises rapidement.

19h24 : Nous embarquons dans le canoé à la base de voile pour 4km entre la houle et le courant de la Canche pour aller chercher 2 balises dans la ouasse, mélange de sable et de boue très agréable pour adoucir la peau 🙂 Nous avons un rythme correct sans trop forcer mais la pluie et le froid nous tétanisent légèrement surtout Victorien qui a pris un bain grandeur nature en s’écorchant au passage les 2 genoux. De mon côté, après le canoé mon bassin s’est débloqué, la douleur du genou estompée je retrouve une foulée “presque” normal, confiant pour les 15 derniers kilomètres.

canoe-raid-du-touquet-darchu-lanon

20h11 : Retour au camp pour la dernière épreuve de la journée avec 15 km trail d’orientation (sur le papier) et 10 balises à pointer dans les dunes entre Le Touquet et Stella-Plage. C’est là où il faut prendre le temps de bien s’alimenter où j’ai savouré mon Energy Diet Banane pour refaire le stock d’énergie, de s’hydrater, de changer de chaussettes, de chaussure, de retirer tout matériel non nécessaire et prendre le temps mais vraiment prendre le temps de bien pointer les balises sur la carte à l’aide d’un fluo et marqueur avant de se lancer tête baissée à courir pour au final perdre du temps à “jardiner” (expression quand on cherche une balise d’orientation et que l’on tourne en rond)

Au bout de 10 minutes pour effectuer toutes ces tâches, nous voilà partis avec pour objectif d’aller chercher toutes les balises mais aussi en ayant un oeil sur la barrière horaire de 23h car l’addition peut être lourde (5 minutes de pénalité par minute de retard).

Nous traversons les dunes avec une première balise un peu compliqué à trouver car beaucoup de raideurs jardinent, j’analyse bien la carte, nous allumons les frontales et au bout de quelques minutes nous la trouvons. Le point de repère est trouvé nous pouvons enchainer la suite …

Nous trouvons durant l’heure qui suit relativement bien les balises, volontairement nous en loupons une par faute de temps et allons chercher celle la plus au sud dans une mare où les grenouilles nous accueillent mais impossible à trouver la balise entre les ronces, les marécages, le sable, la nuit et … ma lampe qui n’a plus de batterie. Nous jardinons à notre tour en essayant de se diriger au bruits des grenouilles, sans succès … nous décidons de rentrer par le chemin avec 8 balises sur 10 car il nous reste près de 4km pour rejoindre l’arrivée. Nous nous mettons à une bonne allure de 12 km/h pour arriver à 22h58 avec un classement sur cette épreuve de 18e/270.

Fin de cette première journée avec 5h d’effort, 42 km et 300 de dénivelé positif au compteur, où nous retrouvons Max et Sam qui eux de leur côté ont loupé la course d’orientation car ils se sont perdus. Nous nous classons 46e au classement provisoire, super content d’avoir partagé cette première journée avec Victorien.

Jour 2, première balade aux abords du Touquet

Après quelque heures de sommeil car il est toujours difficile de trouver le sommeil après cette première journée entre le plein d’endorphine, les quelques courbatures, la mobilisation de l’esprit en pensant que l’on pouvait faire mieux, bref il est important de partir sur une nouvelle page blanche afin de récupérer au mieux.

9h00 : Arrivés à Sainte-Cécile pour récupérer les cartes d’orientation du jour. Le programme est beaucoup plus costaud que la veille : 4 km VTT, 5 km trail, 6,5 km VTT, 15 km trail d’orientation, 21 km VTT, 6 km Run&bike, 17 km VTT, le tout avec plus de 1000 m de dénivelé.

9h30 : Départ de Sainte-Cécile, aucune balise sur le parcours nous décidons de prendre la route sauf que nous prenons 1h de pénalité car le tracé est obligatoire sur la plage mais nous nous en rendons compte à la fin du raid.

9h42, nous arrivons bien évidemment premier sur ce trail d’orientation de 5 km étant donné que nous sommes passées par la route mais la pénalité d’1h nous rappellera qu’il faut une fois de plus bien lire les cartes. Bref, direction le mont saint Frieux pour accéder à une première balise qui n’était pas encore placée mais nous trouvons en descendant la personne bénévole qui nous fait pointer ainsi que les autres participants. le rythme est correct nous profitons de ce beau soleil matinal.

10h20 : De retour sur le vélo pour une portion de sable mou et humide de 8,5 km pour rejoindre Hardelot. Les passages successifs dans les bras de mer, les baches grippent progressivement les freins à disque du VTT mais nous enchainons tout de même avec une moyenne de plus de 20 km/h pour rejoindre le nord d’Hardelot

10h44 : Nouvelle session de trail d’orientation de 10 km où nous jardinons littéralement en prenant 4 balises sur 11 pourtant nous avions pris le temps de les pointer c’est pour cela qu’il est vraiment nécessaire de bien s’équiper en prenant en compte les distances, les orientations … Car les indications “haut d’une colline” quand nous sommes dans les dunes de pin et qu’elles se ressemblent toutes c’est difficile de trouver 🙂 Cette épreuve nous fait office de footing matinal en bord de mer sous les premiers rayons de soleil avec l’odeur de l’écume et des pins qui nous donne du baume au coeur pour savourer cet instant. Au passage, je pense justement à mes amis engagés sur le marathon de Paris où le paysage naturel n’est pas trop de circonstance entre bitume et pollution, et c’est là où l’on apprécie le trail, les courses nature donc bravo Karine Baillet pour ton investissement avec tes équipes pour que ces épreuves perdurent.

raid-du-touquet-2016-darchu-lanon

12h15 : de retour à la base VTT pour commencer le marathon de la journée avec une fin de programme costaud avec normalement plus de 50 km vtt et 6 km run&bike.  L’objectif pour être dans les temps est d’arriver à 13h30 à Frencq pour réaliser le run&bike, nous avons donc 21 km à parcourir en 1h15 dans le sable, la boue sans oublier une ascension de plus de 4 km avec des passages à plus de 25%. Je me retrouve donc plus souvent à pousser le vélo qu’à pédaler dessus dans les grandes montées.

14h15 : Nous arrivons à Frencq où la barrière horaire pour le run&bike est dépassée. Seulement 4 équipes ont pu réaliser cette session. Nous croisons nos supportrices et supporters où nous prenons le temps de bien s’alimenter avec un bon energy diet salé pour refaire le stock de minéraux et vitamines.

Une fois de plus agréablement surpris par l’assimilation rapide d’Energy Diet par l’organisme pour recharger les batteries, refaire le stock d’energie afin d’éviter fringale, hypoglycémie, hyperglycémie, déshydratation, crampe … bref que du bonheur, merci Beautysané.

14h20 : Nous repartons pour la dernière session, il nous reste seulement 1h10 pour rallier l’arrivée avec 17 km de VTT et 400 m de dénivelé. Nous décidons de louper volontairement une balise pour être dans le timing. Direction Etaples et le poney Club où malheureusement nous ne trouvons pas la 2ème balise de ce tracé. Le temps défile, les minutes s’égrainent, nous devons accélérer la cadence.

15h11 : Nous passons au dessus du port d’Etaples, il nous reste 5 km soit par la route soit par le chemin en bord de Canche. Nous prenons le chemin même si plus long et plus technique mais lors d’une précédente édition, une balise était placée au bout.

15h25 : Nous récupérons l’hippodrome, il reste 1,5km à parcourir. Victorien a pris de l’avance pour tenter de pointer afin d’éviter les pénalités de retard mais bien évidemment nous devons pointer à 2. Je n’ai pas le choix, je décide de mettre le grand braquet pour emmener mon VTT Lapierre qui est arrivé au bout de son cycle de 12 ans entre les run&bikes, raids, Roc d’Azur … la ligne droite est longue, j’aperçois avec Victorien l’arche d’arrivée, les spectateurs, speakers nous encouragent, un finish haletant pour pointer à 15h29’56”. Mission accomplie aucune minute de pénalité de retard. Richard, Zélite, nous interview sur la ligne d’arrivée, une belle balade en compagnie de Victorien où je suis heureux d’avoir partagé ce moment de sport, d’échange, d’amitié, de sincérité à ses côtés.

Pour cette deuxième journée, le compteur s’est d’avantage affolé  avec 70 km , 6h d’effort, plus de 800 de dénivelé positif.

Le progrès est un plaisir quand il est partagé

Avec cette nouvelle édition, j’ai ressenti le bienfait de 3 choses indissociables pour continuer à prendre plaisir quelque soit le niveau sportif et surtout progresser.

• L’alimentation équilibrée et renforcée pour combler l’appauvrissement de notre alimentation quotidienne

• L’entrainement basé sur la qualité à la place de la quantité avec une variation des pratiques et des intensités.

• Le mental positif avec un état d’esprit optimiste pour relever de nouveaux défis et ne pas subir les courses.

Dans les prochaines semaines, retrouvez ma préparation pour Annecy et ce nouveau challenge.

Read More
Photo de la maxi race annecy bien etre quotidien

SPORT :

L’année 2015 se termine au niveau sportive avec le retour des performances par le plaisir de bien bouger et mieux manger après une année 2014 compliquée (double entorse de la cheville, surpoids de 8kg …)

Quelques chiffres clés pour commencer :

• 3h32:44 : Nouveau record sur marathon (Nice-Cannes)
• 1h35:46: Nouveau record sur semi-marathon (Berlin)
• 900 km : Course à pieds
• 320 km : Trail
• 960 km : Vélo sur route et VTT
• 120 000 calories dépensées
• 28 000 m de dénivelé positif

Le secret, une meilleure alimentation avec Beautysané où je suis devenu par la même occasion conseiller en équilibre alimentaire, des entrainements accès sur la qualité et le plaisir, la récupération et le sommeil toujours délicats avec le travail et la vie de famille mais grâce au séance de Compex (Merci Victorien) et la cryothérapie avec Laurence, kiné à Lillebonne cela m’a permis de gérer au mieux cette belle année (Merci Laurence).

Au point de vue équipements :

La première marque est incontestablement Suunto avec la panne de ma montre Ambit 2 changée en moins de 5 jours via l’expédition en Finlande et un service après-vente de très haute qualité. Bravo pour la qualité des produits, la considération des clients et votre amour pour le sport.

Une confiance 100% renouvelée avec X-bionic pour la 4ème année avec des vêtements cette onéreux mais d’un confort et d’une durabilité à toutes épreuves tant sur le VTT, Raid et Course à pieds.

Une découverte Freelace (Merci Laurent et Bruno)  avec les lacets en silicone.

Enfin Compex, qui m’a permis d’améliorer les phases de récupération grâce au SP6 et les programmes capillarisation, massage régénérant, récupération après compétition …

S’entrainer c’est bien, être soutenue c’est mieux :

Donc un grand merci pour le soutien, la patience et l’amour de ma femme et de mon garçon pour vivre de belles aventures ensemble à travers le sport avec le semi à Berlin, le Raid du Touquet, la Bonaux VTT, le marathon de Nice, le trail de Reims … Sans oublier ma famille et amis avec qui nous avons passé des moments de sports intenses, vrais et sincères.

En route pour 2016

L’objectif principal sera la Maxi-Race d’Annecy sur le 43km et ses 2800 m de dénivelé positif, rendez-vous donc le 29 mai 2016, jour de la fête des mères pour tenter une nouvelle aventure sur mon premier trail long.

Pour bien préparer cette belle balade sur les hauteurs du lac d’Annecy voici quelques courses au programme :

Trail Fort et Vert, Mesnières en Bray (76) – 14/02/2016
Trail des 7 Mares, Gonfreville l’Orcher (76) – 13/03/2016
 La Robert le Diable, Moulineaux (76) – 20/03/2016
• Raid multisport du Touquet (62) – 02 et 03/04/2016
Urban trail de Caudry (59) – 24/04/2016
• Noc’Trail des Deux Amants, Pitres (27) – 04/05/2016
• Wings for Life, Rouen (76) – 08/05/2016
• Trail du Pays de Bray, Gaillefontaine (76) 15/05/2016

En attendant de démarrer ce beau programme 2016, je vous souhaite une bonne année 2016, qu’elle vous apporte ce que vous souhaitez et soyez heureux dans votre vie pour réussir votre vie.

Read More
image de vos reves pour etre bien au quotidien

ETAT D’ESPRIT :

La zone de confort représente la somme de nos savoir-faire et de nos acquis sur lesquelles nous pouvons nous appuyez pour aller vers l’avant.

Au cours de notre vie, on nous enseigne beaucoup de choses mais on ne nous apprend pas à avoir confiance en nous et encore moins de rêver. De croire en soi et de savoir exactement ce que l’on veut semble malheureusement être pris pour de l’arrogance auprès des autres.

Pourtant le seul moyen d’atteindre son but est justement d’en rêver. Rêver de ce que nous souhaitons, de se fixer une date limite et de tout faire pour y arriver. Sachez une chose, nous sommes seul maître de notre avenir, tout dépend de ce que nous croyons.

Conseil N°1

Comprendre les principes de base et les mettre en pratique comme le travail, la gestion des priorités et surtout ne pas accepter son sort.

Conseil N°2

Sortez de votre zone de confort en élargissant votre vision du monde grâce à votre zone d’apprentissage. C’est ce que vous faites quand vous apprenez quelque chose de nouveau, que vous voyagez pour une destination inconnue, que vous faites des expériences … bref quand vous changez vos habitudes.

C’est dans cette zone d’apprentissage que vous observez, expérimentez, comparez et apprenez. C’est dans cette zone que les gens passionnés évoluent en majorité. En revanche pour d’autres cette zone peut faire peur et c’est pour cela qu’il reste dans leur zone de confort.

Conseil N°3

Plus vous sortez de votre zone de confort, plus vous l’élargissez. Changer ne veut pas dire perdre ce que vous avez mais bien vous enrichir en passant à l’action. Changer c’est se développer.

Conseil N°4

Votre motivation doit-être plus forte que vos peurs. Le travail consiste donc à travailler sur vos peurs qui vous empêchent de sortir de votre zone de confort comme :

• La peur de ce que disent les autres (familles, amis, copains, connaissances …)
• La peur d’être juger
• La peur d’échouer
• La peur du ridicule
• La peur de la honte

Vous devez les reconnaître et les traiter.

Conseil N°5

Croyez en vous est le moyen le plus efficace d’y arriver. Ce que vous ne déciderez pas, les autres le ferons à votre place.

En conclusion

En gérant vos peurs vous développerez une meilleure estime de soi, pour avoir une autre vision de la vie et donc de nouvelles opportunités. Cela amène une vision plus claire de vos objectifs à atteindre et sera une source essentielle de votre motivation. Transformez les préjugés qui vous limitent, prenez confiance en vous et passez à l’action.

En complément, je vous partage une infographie en vidéo qui vous expliquera en quelques minutes, quel est votre potentiel si vous sortez de votre zone de confort (Source inKNOWation – Nicolas FELGER)

Lisez également :

Ne passez pas à coté de votre vie

Les trophées du Bien-être

Read More