Des solutions simples, saines, et rapides pour faire ses ravitos.

Depuis 2013, je consomme la gamme française Beautysané que j’associe quotidiennement en fonction de mon rythme de vie, soit 1 à 2 fois par jour.

Découvrez dans cette vidéo, comment réaliser à partir de figues, dattes, abricots et Energy Diet ses ravitos.

Envie d’essayer ? >

Continuer la lecture >

Pour ce 7ème marathon de Florence, je vous donne mon retour d’expérience sur la Cryothérapie Corps Entier.

Voilà 2 ans que j’ai découvert la Cryothérapie avec Laurence Brodin, Kiné à Lillebonne. Pour question de facilité et accessibilité, je suis aller au plus proche à Cryo Santé Sport à Mont Aignan.

La Cryothérapie permet un domaine d’intervention très large dans le domaine Médical, j’ai de très bon retour sur des amies qui ont une fibromyalgie et spondylarthrite, mais c’est aussi pour les Sportifs et ceux qui aime le Bien-être.

Voilà déjà 3 fois que j’expérimente à J-4 ou J-5 la Cryothérapie Corps Entier en fin de préparation sportive comme l’année dernière à la Marathon Race d’Annecy ou le marathon de Nice. Et ce qui encore plus intéressant c’est le lendemain de l’épreuve de faire une séance en récupération pour aider les fibres musculaires à se régénérer.

 

Déroulement d’une séance de Cryothérapie

Toutes les séances se font uniquement sur réservation. Prévoir des habits chauds surtout pour l’après Cryo. Un formulaire médical est rempli juste avant la séance de Cryo afin de voir si il y a des contre-indications.

Ensuite, direction les vestiaires pour se mettre en sous-vêtement puis enfiler gants, bonnet et chaussettes.

Avant de rentrer dans le 1er sas c’est à dire l’anti-chambre à -60°C, un contrôle de la tension artérielle est prise (14,7 pour ma part) puis la température extérieure du corps (33°C) et des jambes (30°C)

 

Anti-chambre à -60°C

Après ces prises de mesure, me voilà prêt à rentrer dans le 1er sas. Le froid est saisissant mais vitalisant avec la musique de Mickaël Jackson qui permet de bouger pendant la 1ère minute d’acclimatation pour que le corps se prépare à rentrer dans la chambre thérapeutique à -110°C.

 

Chambre Thérapeutique à – 110°C

L’entrée dans cette deuxième chambre est vivifiante, le gel est présent sur les rambardes, les interrupteurs de secours toujours sous l’oeil et la surveillance du kiné qui vérifie que tout se passe bien car nous perdons tout de même 800 Kcalories en 3 minutes à cette température. Pour ma part je reste 2’45 pour cette 3ème séance certains sportifs de haut niveau reste jusqu’à 5 minutes. Il est bien évidemment nécessaire de bouger pour éviter de congeler sur place.

 

BILAN

Après une séance de Cryothérapie Corps Entier, il est nécessaire de bien se couvrir tout de suite pour se réchauffer rapidement mais sans oublier de prendre une collation pour recharger l’organisme en calories. Merci Energy Diet qui m’accompagne depuis 4 ans pour mes collations entre autre.

Au niveau sensation et bienfaits, toutes les douleurs articulaires et inflammatoires grâce à la Cryothérapie s’estompent voir disparaissent pour préparer le corps à l’effort. Me voilà donc prêt pour ce marathon de Florence que je courrais en faveur de l‘association EndoFrance pour lutter contre l’endométriose. Plus d’infos sur ma page facebook et si vous souhaitez soumettre un don et aider l’association #EndoFrance que je soutiens, je vous en remercie à l’avance.


CONTACTS

Laurence Brodin Kiné
12 Ter Boulevard de Lattre de Tassigny 76170  – Lillebonne
07 82 73 39 32
http://www.cryo-lillebonne.fr/

Cryo Sante Sport
Parc de la Vatine – 5 rue Linus Carl Pauling – 76130 Mont Saint Aignan
02 35 60 62 11
http://www.cryosantesport.com/


Domaine d’intervention pour la Cryothérapie Corps Entier

Domaine Médical : Rhumatologie | Neurologie | Traumatologie

Domaine Sportif : Pathologies musculaires et inflammatoires | Récupération | Amélioration de la rééducation

Domaine Bien-être : Circulation Sanguine | Rétention d’eau | Amélioration de nombreux troubles

Continuer la lecture >

Comment programmer sa montre Suunto pour les fractionnés

 

Voilà plus de 4 ans que j’utilise quotidiennement la Suunto Ambit 2 pour la course à pieds, le VTT, le vélo sur route et dernièrement le triathlon avec mon premier Half Iron Man. J’ai donc pris le temps pour vous partager l’explication détaillée et en vidéo pour paramétrer votre montre Suunto concernant les entraînements de fractionnés.

 

Les explications détaillées pour configurer les fractionnés sur Sunnto Ambit et Sport :

• Dans un premier temps rendez-vous sur le site Suunto movescount

• Sélectionnez l’onglet MOI et cliquez puis sur mes montres


• Cliquez sur Créer un nouveau mode personnalisé

 

• Insérer le nom de votre programme personnalisé, ici VMA 10x200m pour le retrouver une fois synchronisé sur la montre Suunto Ambit

• Sélectionner le type d’activité, pour notre exemple Course

• Paramétrez les différents écrans que vous souhaitez

• Ensuite cocher la case Utiliser le compteur d’intervalles

• Dans la partie Elevé, taper 0,2 km puis dans la partie Faible taper le temps nécessaire de récupération en fonction de votre VMA, pour l’exemple içi 40 secondes pour ma VMA de 17km/h. Enfin taper le nombre de répétitions que vous souhaitez effectuer, ici 10 fois.

• Cliquez ensuite sur Enr. pour enregister le programme personnalisé de votre suunto que vous venez de créer pour vos fractionnés VMA

• Brancher votre montre pour lancer la synchronisation des paramètres avec l’application Movescount sur ordinateur PC ou Mac

• Pour démarrer votre programme Suunto fractionnés VMA 10x200m, cliquez sur Start puis Exercice, sélectionner VMA 10x200m et validez avec le bouton next 

 

• Appuyez sur le bouton Start de votre Suunto pour lancer votre échauffement de 15 minutes minimum idéalement 20 minutes

• Dès votre échauffement terminé, appuyez longtemps sur le bouton Next de votre Suunto pour afficher les options

• Sélectionnez Activer, appuyez sur le bouton Next.

 

• Sélectionnez Compteur intervalles pour lancer la série des 10 fois 200m avec les 40 secondes de récupération. A chaque série, votre montre Suunto vous signalera le changement de rythme avec une mélodie.

• Terminez votre séance en appuyant longuement sur le bouton Stop, il ne vous reste plus qu’à synchroniser votre montre Suunto Ambit avec Movescount 

Bonne utilisation, Arnaud entrepreneur sportif

#Suunto #Fractionnés #VMA #Movescount

Continuer la lecture >

SPORT :

Après le marathon de Nice en novembre 2015, l’année 2016 est dans la continuité avec le maître-mot PLAISIR. Depuis 2011 où j’ai commencé la course à pieds lors du marathon de Paris, mon envie de parcourir de nouveaux horizons est insatiable. En effet, chaque année une nouvelle destination est au programme : Dublin, Valencia, Copenhague, Berlin, Nice. Cette année mon choix s’est porté avec mon club d’Oxygène Belbeuf sur Annecy pour mon premier marathon en montagne avec une préparation variée.

Se connaître

La course à pieds et d’autant plus le Trail permet d’apprendre à se connaître. Dans cette aventure, chaque jour est un apprentissage en écoutant le corps et l’esprit dans la gestion des entraînements, dans les besoins nutritionnels sans oublier l’équilibre personnel et professionnel. Bref, une aventure qui a de la saveur quand tout est en synergie. Pour partager ce moment, nous voilà présents avec la Team Oxygène Belbeuf sur les différentes distances et bien évidemment ma source fidèle d’énergie positive ma femme, mon garçon, mes parents et beaux parents.

Vivre une aventure ensemble

Un programme de 8 courses de la Mini-Race pour les enfants jusqu’à la Technica Maxi-Race pour les adultes ont animé le week-end du 28 et 29 mai 2016 à Annecy. Voici les partants et finishers de la Team Oxygène Belbeuf :

– Trail Découverte / 15km – 1050m Dénivelé positif : Charly
– Marathon Race / 42km – 2780m Dénivelé positif : Nicolas, Loic, Cécile, Arnaud, Vincent B, Francois Xavier, Vincent R
– Maxi Race / 85km – plus de 5200m Dénivelé positif : Julien, Laurent, Olivier, Sabine, Mathieu

Mon choix s’est porté (un peu dans l’euphorie de la Team, certes …) sur la Marathon Race bien avec ses célèbres 42 km sans oublier les 2800m de Dénivélé positif, une première.

marathon-race-2016-recit-course-bien-etre-quotidien

Tout a donc commencé tranquillement le 1er janvier 2016 avec une sortie en compagnie de Martin qui prépare le marathon du Mont Blanc. 150 jours plus tard le compteur affiche :

– Plus de 1200 km répartis moitié vélo/course à pieds
– Plus de 100h d’activités physiques
– Plus de 55 000 calories
– Plus de 17 000m de dénivelé positif

La véritable préparation a véritablement démarré lors du Raid Multisport du Touquet pour une durée de 9 semaines.

Sur les terres des championnats du monde de trail

Une mise en condition dès le samedi avec les copains et copines engagés sur la maxi-race montre que le trail de montagne se gère dans l’équilibre entre l’agitation et l’épuisement. Si vous devenez agité, vous devez accélérez. Si vous êtes essoufflé, vous devez ralentir.

Placé à différents points sur le parcours notamment le col de la Forclaz et le début du Mont Baron, j’ai pu encourager notre team qui en avait bien besoin pour réaliser le tour complet du lac d’Annecy.

Entre appréhension et envie d’en découdre, les traileurs du samedi m’ont prouvé une fois de plus leur détermination et leur force mentale. Respect pour les 5 aventuriers du jour pour leur performance.

“C’est quand tu penses que tu ne peux plus… que tu te rends compte que tu peux encore !”

Comme avant chaque course, difficile de trouver le sommeil mais il est nécessaire de bien se reposer et de privilégier une alimentation à indice glycémique bas pour aider le corps a digérer.

5h40 : Le réveil sonne, quel bonheur de gagner quelques heures de sommeil avec mon fournisseur d’energy Beautysané afin de savourer mon Energy Diet Banane et sa banane écrasée, ni plus ni moins. Beaucoup plus digeste, rapide, et surtout meilleur que les traditionnels pâtes des premiers marathons.

6h15 : Direction Doussard pour rejoindre l’équipe engagée sur la marathon Race.

oxygene-belbeuf-marathon-race-annecy

6h45 : Nous apprenons que le parcours sera sans doute modifié car des orages sont attendus vers 11h30. Peu importe la course sera de toute façon une bataille contre soi-même pour en découdre sur ce beau parcours de montagne que nous offre la région d’Annecy.

7h15 : Nous voilà placés dans les sas de départ où je rejoins un autre copain Xavier pour prendre un bon départ avant la première ascension du col de la Forclaz sous les conseils de Lolo.

7h30 : Le départ est donné nous partons à une allure de 14 km/h sur les 3 premiers kilomètres afin de rejoindre le début de l’ascension. Quel rythme pour un départ de marathon !

7h43 : Début de la première ascension, je suis bien placé dans le première tiers, un coup d’oeil sur le cardio pour gérer cette ascension de 4,5 km avec un dénivelé de plus de 700m. J’enchaine avec un bon rythme de marche, les bâtons soulagent les cuisses.

8h32 : Premier col franchi où j’arrive un peu plus tôt que prévu, mes supporters viennent juste de sortir de la voiture. Un coucou, un bisou et me revoilà reparti pour une descente rapide d’1 kilomètre avant d’attaquer la fin l’ascension vers le chalet de l’Aulps et ses 1425m d’altitude. Je croise au passage les maxi-raciens d’Oxygène fraichement sorties du lit venu m’encourager. Quel bonheur de se sentir soutenu. Le moral reste donc au beau fixe.

9h17 : L’ascension se passe pour le mieux, me voilà à la fin de la première balade (12km) et les premiers 1000m de dénivelé franchi. Compte tenu des prévisions météos, nous devons nous diriger vers un itinéraire de repli pour ne pas prendre de risque avec les orages. Me voilà lancé sur les chemins forestiers pour rejoindre Menthon-Saint-Bernard.  Quelques minutes plus tard, les premières gouttes d’eau tombent avant la déferlante d’averses orageuses. Les appuis sont délicats et un peu hésitants, le temps de s’acclimater au final ça ne change pas de notre météo Normande 🙂 Quelques minutes plus tard, je rencontre mes supporters avec mon garçon m’encourageant et bravant la pluie tout comme mon papa et beau-papa. Quel plaisir de les entendre, le moral est toujours au beau fixe, je gère idéalement cadence, hydratation et alimentation avec mes gels salés réalisés sur-mesure.

10h40 : Me voilà arrivé détrempé au seul et unique ravitaillement solide de la balade. Le compteur affiche 25km. La deuxième balade est quasiment finie. Je retrouve la team Oxygène, dont Juju qui me demande de courir au lieu de filmer :-)) Effectivement j’ai pris le parti de réaliser un film lors de la course avec ma Go Pro pour partager ces moments de sport. Egalement Lolo et Sylvie qui me félicitent car je suis bien placé dans les 200 et sur les bases d’une bonne performance. Pas d’euphorie tout de même car la dernière ascension nécessite des ressources et le coup de mou peut arriver à tout moment surtout pour cette première en montagne. Niveau ravitaillement, je profite de boire de la Saint Yorre, de remplir ma poche de Sport Effort, de finir un de mes salés et de faire le plein d’eau pur. Je déleste également mon sac pour gagner quelques kilos. Virginie, ma maman et belle-maman sont présentes pour prendre de mes nouvelles avec le célèbre encouragement “Bon Courage”. Au passage je vous conseille le livre de Philippe Bloch “Ne me dites plus jamais bon courage !” et vous comprendrez pourquoi 🙂 Je regarde également mon téléphone où je prends connaissance des nombreux messages d’encouragements notamment celui de mon frère qui me suit à distance derrière son ordinateur. Merci mon Frère.

10h45 : Go pour la dernière balade avec un beau programme le Mont Baron même si nous ne montrons pas au sommet du fait des conditions météos où l’orage redouble d’intensité.

12h12 : Me voilà en haut de ce Mont Baron qui nécessite technique, vigilance et détermination car le terrain de jeu est plus que sévère avec les coureurs. En effet avec des pentes comprises entre 15 et 25% des torrents de boue se forment sur les pierres, les appuis sont difficiles mais l’envie d’y arriver, boosté par les champions de la veille me donne les forces nécessaires pour gérer au mieux cette ascension. Les 8 kms d’ascension laissent du monde sur le bord du chemin, je récupère une cinquantaine de place surtout ceux qui se sont laissés tenté par le sucre et les célèbres gels soit disant “coup de fouet” …

Me voilà désormais lancé vers la dernière descente qui demande vigilance car le terrain est très technique avec plus de 700m de dénivelé négatif sur 2 kilomètres. Bien aidé par les bâtons, qui au passage l’un d’eux se coince entre deux roches et se retrouve complètement plié …

En bas de la descente, me voilà sur le ponton du Lac d’Annecy, prêt à entamer le dernier kilomètre à une allure de 12 km/h, malgré la pluie de nombreux supporters sont présents et acclame chaque coureur. L’émotion est intense, la gorge se serre, les yeux brillent, le pouls s’accélère, je vais réussir cette première en montagne avec un chrono honorable de 5h38 et une 285e place sur 1400 partants. Je retrouve sur la ligne d’arrivée tous mes supporters. Me voilà arrivé, quel bonheur.

Le plus important n’est pas que j’ai terminé. Le plus important est que j’ai eu le courage de commencer.


 

Envie d’avoir votre programme de course à pieds personnalisé ?

Continuer la lecture >
Photo de l'urban trail de Caudry

SPORT :

S’engager pour la bonne cause, voilà l’une des raisons qui me fait courir. Une émotion telle que même en écrivant ces quelques lignes, je ne peux m’empêcher d’avoir les larmes aux yeux. En effet, qui n’a pas connu la perte d’un proche dans la terrible épreuve du cancer qui rythme un peu trop nos vies ? Voici un retour sur un week-end marqué d’amitié, de sincérité et de partage.

De retour dans la ville de mon enfance

Voilà plus de 10 ans que nous avons quitté notre région natale pour raisons professionnels et c’est avec grand plaisir de revenir aux sources pour voir et revoir bon nombre de têtes connues.

Pour soutenir cette belle cause en partenariat avec le café Le Jubilé, c’est tout naturellement que je me suis engagé à être présent pour ce premier trail urbain à Caudry (59). Dès la date connue, le week-end était réservé.

Courir pour se sentir vivre

Certaines personnes qui me connaissent, ne comprennent pas ou très peu pourquoi je cours ? Quel est mon but ? Pourquoi s’infliger de telles souffrances ? Alors sachez que je cours essentiellement pour mon plaisir et essayez d’amener du bonheur à ceux qui ne peuvent pas. Tout à commencé lors de mon premier objectif en avril 2011 où lors du marathon de Paris avec mon frère et Thierry, une dame m’a interpelé en me disant qu’elle était fier de moi, des coureurs car son mari était décédé dans un accident de voiture et la course à pied était sa passion. Quelle émotion que d’être impacté par une personne qui m’encourage de la sorte.

C’est ainsi l’une des raisons pour avoir pris comme engagement de courir 1 marathon par an jusqu’à temps que nous pourrions tant que ma et notre santé le permettrait.

Voilà désormais 5 ans que je cours régulièrement et quoi de plus beau que de courir pour la bonne cause ? En lien avec mon envie d’apporter du bien-être, ma transition professionnelle avec la mise en place de micro-entreprises dédié à la forme et du bien-être me permet d’être en phase avec moi-même, d’être aligné (merci David Douillet pour l’échange que nous avons eu à Marrakech en 2015) avec ce que je souhaite faire de ma vie : Aider les personnes à vivre mieux et cela commence par moi.

Le trail Urbain de Caudry

De retour à Caudry, que de souvenirs entre le collège, les 20 années de foot avec l’E.S.C, les bons moments de la jeunesse passés où c’est toujours avec grand plaisir que de revoir bon nombre de copains et copines.

Samedi 17h : direction la salle des fêtes pour récupérer les dossards pour toute l’équipe car pour la bonne cause mes amis ont répondu présents en venant de Paris, Reims, le Touquet, mais aussi des alentours. Quel moment agréable d’être accueilli par l’équipe des ch’tis coureurs et ses bénévoles tant chaleureux pour leur partage, leur envie de bien faire les choses.

18h30 : direction le Jubilé pour récupérer nos maillots réalisés pour l’occasion par Matthieu, une personne que j’apprécie énormément qui est toujours présent pour nous soutenir et nous accompagner dans ces défis un peu fou. Merci pour cette amitié sincère.

19h15 : retour au QG chez mes parents pour accueillir les amis venus pour l’occasion. Un réel plaisir de les accueillir avec le soutien inconditionnel de mes parents sans qui tout cela ne serait pas réalisable.

Dimanche 8h : réveil assez difficile car la nuit a été entrecoupée de réveils. Mais aucune excuse, je m’apprête pour ce nouveau rendez-vous où je prends mon petit-déjeuner dans la véranda sous le cliquetis des gouttes de pluie qui tombent sans relâche. Les premières pensées sont un fragment de secondes consacrées à la météo du jour mais ça nous rappelle très rapidement à chacun que nous sommes là pour courir pour ceux qui ne peuvent pas avec le leitmotiv en tête de l’association : On peut rajouter de la vie au jour des malades quand il n’est pas possible de rajouter des jours aux malades.

9h30 : direction le Jubilé pour notre point de rendez-vous afin de réunir la team. Et se préparer entre les personnes qui finissent leur soirée et ceux qui nous encouragent.

10h : arrivée à la salle des fêtes de Caudry pour le briefing d’avant course. Nous sommes dispersés dans les différents sas de de départ. Mettant inscrit dans les premiers, je vais pourvoir faire la course avec Antoine, quel plaisir de partager cette course là ensemble.

10h38 : le top départ est donné direction la bibliothèque municipale où le rythme est élevé 3’10 au kilomètre mais je me retrouve à ma plus grande surprise à la première place. Nous enchaînons la montée des marches de la bibliothèque, le passage au deuxième étage avant de redescendre direction les longs boulevards en passant par le Saint Bernard.

11h : 5 kilomètres parcourus, nous essuyons un peu les plâtres de cette première édition où nous devons chercher un temps soit peu le chemin mais peu importe le plaisir sous l’acclamation du public prend le dessus.

Au fil des kilomètres nous nous echangeons avec Antoine et le dossard 222 la tête du premier sas de 100 coureurs.

La pluie est fine mais pas désagréable même si les gants et capuche auraient été les bienvenus nous traversons l’EPHAD, le jubilé, le centre de loisir, Leclerc, Décathlon avant d’entamer la deuxième ballade de 7 kilomètres.

Les quelques approximations du parcours notamment à l’ancienne piscine découverte nous donne au compteur 400m de plus que le kilométrage affiché mais rien n’empêche une nouvelle fois de prendre plaisir en venant taper les mains tendues des enfants présents sur le bord de la route.

Les derniers lieux sont insolites nous récupérons le théâtre, le musée de la dentelle,  la salle des conseils de la mairie, la basilique avant de nous diriger vers le val de Riot pour rallier l’arrivée.

11h38’13 : au sprint je finis avec mon partenaire du jour où nous passons la ligne ex-æquo prenant ainsi la première place de notre sas en attendant le résultat des 4 autres sas. Quel plaisir de finir sans difficulté avec une allure de 4’30 au kilomètre avec les nombreux passages dans les bâtiments.

Courir pour leur vie

Voici pour cette première édition, le sentiment du travail accompli en ayant couru simplement  pour celles et ceux qui ne peuvent plus. Une nouvelle fois bravo à l’organisation, gardez cette fraîcheur et cette sincérité qui vous permet de faire les choses simples en toute humilité.

De mon côté, rendez-vous dans quelques semaines pour accomplir un nouvel objectif avec la Marathon Race d’Annecy avec ces 42 kilomètres et 2800m dénivelé positif.

 

Plus d’infos sur l’association : 

http://www.leschtiscoureurs.org/

Tous les bénéfices permettront d’acheter du matériel de soins (non remboursé par la sécurité sociale) et financer des actions pour améliorer le confort des malades du cancer de notre secteur ! La maladie n’épargne personne et ne s’arrête pas aux frontières d’une commune. Soyez solidaire avec cette noble cause !

Continuer la lecture >