Comment programmer sa montre Suunto pour les fractionnés

 

Voilà plus de 4 ans que j’utilise quotidiennement la Suunto Ambit 2 pour la course à pieds, le VTT, le vélo sur route et dernièrement le triathlon avec mon premier Half Iron Man. J’ai donc pris le temps pour vous partager l’explication détaillée et en vidéo pour paramétrer votre montre Suunto concernant les entraînements de fractionnés.

 

Les explications détaillées pour configurer les fractionnés sur Sunnto Ambit et Sport :

• Dans un premier temps rendez-vous sur le site Suunto movescount

• Sélectionnez l’onglet MOI et cliquez puis sur mes montres


• Cliquez sur Créer un nouveau mode personnalisé

 

• Insérer le nom de votre programme personnalisé, ici VMA 10x200m pour le retrouver une fois synchronisé sur la montre Suunto Ambit

• Sélectionner le type d’activité, pour notre exemple Course

• Paramétrez les différents écrans que vous souhaitez

• Ensuite cocher la case Utiliser le compteur d’intervalles

• Dans la partie Elevé, taper 0,2 km puis dans la partie Faible taper le temps nécessaire de récupération en fonction de votre VMA, pour l’exemple içi 40 secondes pour ma VMA de 17km/h. Enfin taper le nombre de répétitions que vous souhaitez effectuer, ici 10 fois.

• Cliquez ensuite sur Enr. pour enregister le programme personnalisé de votre suunto que vous venez de créer pour vos fractionnés VMA

• Brancher votre montre pour lancer la synchronisation des paramètres avec l’application Movescount sur ordinateur PC ou Mac

• Pour démarrer votre programme Suunto fractionnés VMA 10x200m, cliquez sur Start puis Exercice, sélectionner VMA 10x200m et validez avec le bouton next 

 

• Appuyez sur le bouton Start de votre Suunto pour lancer votre échauffement de 15 minutes minimum idéalement 20 minutes

• Dès votre échauffement terminé, appuyez longtemps sur le bouton Next de votre Suunto pour afficher les options

• Sélectionnez Activer, appuyez sur le bouton Next.

 

• Sélectionnez Compteur intervalles pour lancer la série des 10 fois 200m avec les 40 secondes de récupération. A chaque série, votre montre Suunto vous signalera le changement de rythme avec une mélodie.

• Terminez votre séance en appuyant longuement sur le bouton Stop, il ne vous reste plus qu’à synchroniser votre montre Suunto Ambit avec Movescount 

Bonne utilisation, Arnaud entrepreneur sportif

#Suunto #Fractionnés #VMA #Movescount

Continuer la lecture >

J’aime apprendre à gérer le rapport du présent avec le passé pour agrandir ma zone de confort notamment dans le dépassement de soi. C’est une tâche qui appartient à notre génération comme aux précédentes pour relever les défis du monde de demain et c’est pour cela qu’il faut s’y préparer.

Le sport me permet justement d’appréhender et de comprendre les efforts qu’i faut faire pour être épanoui et confiant dans l’avenir et celui de mes enfants.

Dans le dépassement de soi, il ne faut bien évidemment pas tomber dans les extrêmes mais faire, créer, réaliser quelque chose avec éthique, raisonnablement et de manière équilibrée, est d’abord une marque d’intelligence.

Animé par la passion et le partage, ma démarche individuelle et collective est ancrée pour inscrire mon empreinte dans le bonheur d’être soi.

Voici le partage de l’univers qui me plaît  à évoluer en phase avec ma vie d’entrepreneur.


Après les défis des marathons qui ont commencé en 2011 avec Paris suivis de Dublin, Valencia, Copenhague, Nice, Annecy me voilà lancé sur une nouvelle discipline le triathlon plus exactement un half-ironman celui de Gravelines le Chtriman 2017 avec mon copain Didier déjà expérimenté dans la discipline.

Au départ un pari fou et insurmontable plus mentalement que physiquement. Les années de Sport-études au Quesnoy (59) avec la pratique de la natation m’avaient amené à l’overdose de l’odeur du chlore, des lignes d’eau, de la sécheresse de la peau, de l’ingratitude de l’entrainement … C’est pour cela que je n’ai plus nagé pendant près de 20 ans.

Mais en janvier, l’idée du “Pourquoi-pas le triathlon ?” se pose. Effectivement suite aux nombreux échanges avec le Dr Philippe Auguste (créateur du club de Rouen Triathlon), l’envie se fait ressentir mais le chantier est conséquent !

Mais plusieurs questions arrivent : Par où commencer le triathlon ? Comment s’entraîner pour le triathlon ? Quels matériels pour démarrer le triathlon ? Comment gérer les transitions en triathlon ?

Déjà tout démarre par l’inscription au Chtriman 113 édition 2017 sur le site Internet et le paiement des 75€.

J’ai donc relevé le défi du Iron man 70.3, c’est la distance totale de la course, en miles, soit 113km. La nage est seulement un tiers plus longue que l’international, tandis que le vélo et la course sont un peu plus que doublés.

Me voici donc devant le défi de réaliser les 1900m de natation, 90km de vélo et 21.1km de course à pieds pour un total de 113 km.

Le triathlon

 

Je vous partage une de mes lectures qui m’a permis de comprendre les bases, la technique, l’entrainement … dans cette discipline inconnue : “Triathlon l’intégrale” de James Beckinsale, paru le 31 août 2016.

J’ai donc naturellement associé cet état d’esprit qui m’accompagne depuis quelques années suite à mon burn-out

Dis-moi et j’oublierai, montre moi et je me rappellerai peut-être, associe-moi et je comprendrai !

L’association avec Didier Carouge et Franky Batelier me permettent de me lancer pour comprendre l’ampleur de cette première.

 


Dimanche 2 juillet 2017, le réveil se fait tranquillement contrairement aux derniers marathons où la nuit était plutôt courte même si la cohabitation avec les enfants dans le mobil home n’est pas de tout repos, je finalise les derniers préparatifs :

• Combinaison (retour test produit à venir), lunette, bonnet, montre.

• Vélo avec étiquette et bracelet, chaussures, casque avec étiquette, chambres à air, serviette, alimentation salé Beautysané Energy Diet, hydration Beautysané Sport Effort + Stick Cola

• Chaussure de running, casquette, chaussette de rechange

11h15 : Nous sommes avec Didier dans le parc à vélo après avoir passé le sas de contrôle. Plus de 800 vélos sont disposés en ligne prêts à partir après la natation. Je prends le temps de bien préparer ma caisse pour limiter la perte de temps lors des transitions.

11h40 : Direction l’arche de départ en combinaison avec bonnet et lunette. L’eau est à 22°C. Je retrouve Didier que j’avais perdu dans le parc à vélo.

12h00 : Le top départ est donné pour les 1900m de natation dans un bain bouillonnant proche d’une scène digne de l’attaque de piranhas à qui nous avions donné à manger. Je décide de donc de laisser partir le gros de la troupe car me faire agripper le mollet, l’oreille, le pied … pas trop mon truc ! Je prends mon temps où  j’alterne brasse et crawl.

12h24 : Les premiers sortent de l’eau, quelques minutes plus tard alors que je viens juste de passer la moitié de la natation. Cela n’entache en rien mon moral car je mettais fixé entre 45 et 60 minutes dans l’eau.

12h36, 12h37, 12h39 : je bois la tasse avec le remous causé par le vent et les embarcations. Ne me demandais pas pourquoi je n’en ai pas bu à 12h38  (petit clin d’oeil au sketch de la palombière). Bref, un moment déstabilisé je reprends mon souffle et continue mon avancée.

12h53 : Me voilà sorti de l’eau, direction le parc à vélo pour la transition et m’équiper pour les 90kms de vélo. Pas si facile de courir, d’enlever la combinaison néoprène collante, de retrouver mon numéro 484 (même si il n’y avait plus beaucoup de vélos).

12h58 : Après avoir enfilé tout le nécessaire, me voilà parti à la chasse des autres concurrents. C’est parti pour 2 boucles de 45km avec 250 de dénivelé donc de la rigolade par rapport à la Normandie.

13h25 : L’allure est bon train avec une vitesse de croisière autour des 34-35 kilomètres avant de faire demi-tour pour attaquer le retour vent dans le nez. Sachant que le drafting (officiellement appelé “aspiration-abri” par la FFTRI, consiste pour un cycliste à rouler suffisamment près derrière un autre cycliste, un groupe de cyclistes, voire un véhicule, de manière à bénéficier du phénomène aérodynamique d’aspiration.) est interdit je m’efforce de tenir la cadence sans me brûler les cuisses.

14h : Les 2h de course sont passées, petit à petit je rattrape des concurrents (au total plus d’une centaine sur la partie vélo) je regarde essentiellement mon cardio qui tourne à 155 bpm afin de ne pas créer d’acide lactique et garder des réserves suffisantes pour la deuxième boucle et le semi-marathon (21,1km).

15h30 : Je suis dans le temps que je me suis fixé avec le premier tour de 45 km en vélo en 1h30 soit 30km/h. Je croise les amis Catherine, Lila, Mathis, Jules qui m’encouragent … Les jambes sont bonnes malgré une nuit d’un sommeil épisodique dans le mobil-home avec les enfants (5 ans et 4 mois) mais aucune excuse …

15h45 : Je continue de remonter quelques coureurs donc Eric, un triathlète belge avec qui on échange quelques mots très sympa. Je continue mes prises de vue vidéos pour garder et faire partager cette épreuve.

16h00 : Retour au parc à vélo pour débuter la dernière épreuve, c’est à dire le semi-marathon. Le soleil est pesant, heureusement j’ai ma casquette et mes 4 gourdes pleines pour gérer la fin de course.

16h01’42 : Assez content de moi, moins de 2 minutes pour ranger le vélo, enlever casque et chaussures pour ensuite enfiler basket, ceinture et casquette. Me voilà lancé à une allure de 5’30 au kilomètre toujours en regardant le cardio soit 155 bpm (-10 bpm en dessous de mon seuil d’acide lactique) pour gérer au mieux le finish. Après avoir rattrapé plus de 100 cyclistes, je récupère au fil des kilomètres plus d’une cinquantaine de coureurs qui sont dans le dur.

16h58 : Voilà la première boucle d’achever où je croise les supporters Martin, Amélie,  Catherine, Lila, Mathis, Jules, Marius. Le pas est souple même si il n’est pas rapide. J’ai quelques souvenirs de semi-marathon où ayant tapé dans les réserves sur les 2 premiers tiers, j’avais vécu un calvaire sur la fin de course. Pour cette découverte du triathlon et plus particulièrement de l’Half Iron Man, je décide de ne pas prendre de risque.

17h15 : Je continue mon allure qui a légèrement faiblie à 10-10,5 km/h. Je suis toujours dans mon objectif de le finir qui plus est dans le temps défini de 6h.

17h55 : A quelques mètres de la ligne d’arrivée, je réalise et savoure l’instant de ces 113 kilomètres parcourus. Pour partager ce moment, je réalise un live facebook pour faire part de ma participation financière à l’association RÊVES où mon ami Victorien Lanon est à ce même moment entrain de boucler son tour de Normandie avec plus de 1000 km en 60h pour récolter des fonds afin de réaliser le rêve d’un enfant.

L’idée est simple : je reverse personnellement 113€ pour les 113 kms parcourus et 1€ pour chaque like et 1€ pour chaque partage de la vidéo.

NB : A ce jour, nous sommes  à 137 likes de la vidéo live et 13 partages soit au cumul 263 € (113+137+13). Je continue de participer financièrement jusqu’au 29 août avec les likes et partages de la vidéo complète de la course sur les réseaux sociaux (Facebook, Youtube …) . Si vous voulez participer à cette initiative avec l’association RÊVES, rendez-vous sur le site www.reves.fr

17h59’06 : Je passe la ligne en compagnie de mon garçon Lucca, un moment rempli d’émotion où je pense à celles et ceux qui ne peuvent pas courir et vivre des moments intenses de dépassement de soi. C’est ce qui me fait avancer dans la vie c’est de partager, de profiter et de montrer que c’est possible si l’on s’en donne les moyens.

Bravo et merci à Didier qui m’a embarqué dans cette aventure car sans lui je n’aurais jamais pris le départ car c’était pour moi inaccessible. Il m’a conseillé, rassuré, épaulé pour que mon premier Half Iron Man soit le début d’une longue série.

L’important c’est pas de réussir mais de progresser


FOCUS ET AVIS SUR LA GAMME BEAUTYSANÉ

Alimentation : J’ai testé pour vous depuis plus de 3 ans les saveurs salés de Beautysané. Ma préférence pour un effort d’endurance se porte sur Energy Diet Crème de légumes qui avec le brevet Haute Digestibilité me permet d’épreuves en épreuves d’avoir un confort digestif de qualité. Pas d’acidité, pas de remontée gastrique avec une assimilation rapide des macros et micros nutriments, bref du luxe pour mon organisme grâce à cette gamme française connu et reconnu avec 3 nutridors. Niveau prix, mon half marathon m’a couté moins de 10€ pour la totalité de mon alimentation (2,60€ pour 1 Energy Diet), hydration, récupération.

Hydratation : Beautysané Sport effort : 2 dosettes dans 500ml d’eau qui m’apporte sucres lents, mi-lents, rapide et sels minéraux pour un prix de 0.85 € le bidon de 500ml

Récupération : J’utilise les Oméga 3 pour favoriser la reconstruction musculaire, une boisson de très haute qualité essentiellement basé sur les plantes Beautysané Energy Détox et bien d’autres ingrédients au plaisir d’en discuter …


Résumé en vidéo de ce week-end sur le Ch’Tri Man 2017 et ma première participation à un triathlon.


(crédits musique : Rag’n’Bone Man)
 Résultat de recherche d'images
[learn_more caption=”Je vous partage la traduction française de la musique HUMAN de l’artiste Rag’n’Bone Man que j’apprécie tout particulièrement”] Je suis peut-être idiot, je suis peut-être aveugle de croire que je peux voir au-delà des apparences. Je ne peux rien prouver, tu peux croire que je mens mais je ne suis rien de plus qu’un être humain. Je ne suis rien de plus qu’un être humain, ne me mets pas tout sur le dos. Ne me mets pas tout sur le dos. Regarde dans le miroir, qu’est-ce que tu y vois ? Est-ce plus clair ou êtes-vous leurré, par ce que vous croyez Car je ne suis rien de plus qu’un être humain, et c’est la même chose pour toi. Ne me mets pas tout sur le dos. Ne me mets pas tout sur le dos. Il y a des gens qui ont vraiment des problèmes. Il y a des gens qui n’ont pas de chance. Il y a des gens qui croient que je peux les aider. Je ne suis rien de plus qu’un être humain. Je ne suis rien de plus qu’un être humain. Ne me mets pas tout sur le dos. Ne me mets pas tout sur le dos. Ne me demande pas mon avis, ne me demande pas de mentir puis de te supplier de me pardonner de t’avoir fait pleurer, de t’avoir fait pleurer. Car je ne suis rien de plus qu’un être humain, je ne suis rien de plus qu’un être humain. Ne me mets pas tout sur le dos. Ne me mets pas tout sur le dos. Il y a des gens qui ont vraiment des problèmes. Il y a des gens qui n’ont pas de chance. Il y a des gens qui croient que je peux les aider. Je ne suis rien de plus qu’un être humain. Je ne suis rien de plus qu’un être humain. Ne me mets pas tout sur le dos. Ne me mets pas tout sur le dos. Je ne suis qu’un être humain. Je fais des erreurs. Je suis humain, rien de plus, et ça te suffit pour tout me mettre sur le dos. Ne me mets pas tout sur le dos. Je ne suis ni un prophète ni un messie ! Tu devrais viser plus haut pour en trouver un ! Je ne suis rien de plus qu’un être humain. Je ne suis rien de plus qu’un être humain, ne me mets pas tout sur le dos. Ne me mets pas tout sur le dos. Je ne suis qu’un être humain, je fais ce que je peux. Je ne suis qu’un homme, je fais ce que je peux. Ne me mets pas tout sur le dos. Ne me mets pas tes problèmes sur le dos.[/learn_more]
Continuer la lecture >

Dans ma pratique sportive depuis l’âge de 5 ans notamment dans le foot à l’ES Caudry (Nord) et le Sport Etudes au Quesnoy, les valeurs et l’éthique du sport ont toujours été ancrés où j’ai toujours respecté ces 2 piliers.

Après l’arrêt du foot au début des années 2000, j’ai découvert d’autres sports qui au niveau amateur révèlent des surprises quant au véritable respect des différentes valeurs, pratiques …

Tout d’abord en 2004 avec le VTT, puis en 2010 avec la course à pieds sans oublier la découverte du trail en 2013 pour découvrir depuis peu le triathlon.

Dans tous ces sports que j’ai pratiqué, le mot plaisir est souvent relayé au second plan laissant la performance, la pression du résultat prendre le dessus.

C’est donc tout naturellement que j’ai rejoint le Comité Ethique et Sport pour les aider à diffuser les messages en phase avec mes valeurs.

C’est pour cela que nous organisons les 30 et 31 mai 2017 à Paris, 2 journées sur 2 thématiques.

Plus d’infos pour vous inscrire gratuitement

 


 

30 MAI 2017 | LA MALTRAITANCE : COMPRENDRE POUR PRÉVENIR

Le sport offre un formidable terrain d’expression, de dépassement de soi, de réalisation, d’épanouissement et d’intégration. Pourtant, les exigences que nécessite l’environnement sportif (intensité des entraînements, régimes alimentaires, relations fusionnelles avec l’entraîneur, rivalités au sein d’une équipe, proximités corporelles), posent la question des limites au-delà desquelles peuvent se développer maltraitance psychologique et/ou physique, harcèlements moral et sexuel, troubles du comportement alimentaire, violences sexuelles.

Des faits divers comme les affaires Lussac en gymnastique, Moyon de Baecque en athlétisme, Demongeot en tennis ou les violences sexuelles concernant des centaines de footballeurs en Angleterre pendant les années 1970 à 1990 posent la question de l’étendue du phénomène dans le monde du sport et sa constitution en tant que problème à part entière.

Bien que la recherche dans ce domaine soit encore carencée, une étude scientifique de grande ampleur (Décamps & al., 2008) met en évidence une prévalence des violences sexuelles dans le sport s’élevant à 8% chez les pratiquants.

Toutes les disciplines sont impactées, aussi bien dans le haut niveau que chez les amateurs. Les plus touchés sont les enfants/adolescents et les femmes. Toutefois, la loi du silence, la honte, le manque de dispositifs de prévention et d’accompagnement isolent les personnes atteintes et représentent de surcroît un facteur à risque supplémentaire de subir de nouvelles violences. Face à cette omerta, au déni ou la minimisation des violences, des réponses juridiques et thérapeutiques existent.

Le Comité Ethique et Sport souhaite à travers cette Journée définir ce qui est acceptable ou non en matière sportive, sensibiliser les différents acteurs du secteur sportif (fédérations, pouvoirs publics, instances juridiques…) et enfin apporter des propositions concrètes.

Par cette Journée, le  Comité Ethique et Sport veut impulser une prise de conscience du problème de la maltraitance dans le sport et permettre un accompagnement adapté aux personnes victimes.

 

 

31 MAI 2107 | LA LUTTE ANTI-DOPAGE : AGIR PAR DE NOUVELLES VOIX

Le sport est devenu un extraordinaire vecteur de paix et de développement humain. Des milliards d’enfants et d’adultes à travers le monde s’y adonnent chaque jour dans les écoles et les clubs qui lui sont dédiés ou simplement dans la rue. Ils sont portés par le même esprit d’amitié, de fair-play et de dépassement de soi; autant d’éléments qui contribuent au sentiment que la réussite et le mérite sont des réalités tangibles et accessibles.

Ces valeurs éthiques et morales contribuent ainsi à faire du sport un pilier essentiel de nos sociétés.

Néanmoins, en moins de vingt ans, les problèmes liés au dopage sont devenus un enjeu essentiel de la protection de l’intégrité et de l’équité des compétitions sportives. Santé des sportifs en danger, résultats des compétitions faussées, omerta du milieu sportif, minimisation des autorités sportives sur les cas de dopage dans leur discipline, sont autant d’éléments qui portent atteinte à l’image positive et aux valeurs véhiculées par le sport.

Comme vous le savez, les atteintes à l’intégrité des compétitions sportives résultent des différents scandales de manipulation compétitions sportives qui ont émaillé l’actualité ces dernières années. Ils montrent que le mur de l’omerta tend à se fissurer.

Pour autant, de nombreuses questions restent en suspens telles que la protection des lanceurs d’alerte, la formation et l’information des médecins, l’amélioration des contrôles anti-dopage ainsi que la réparation du préjudice subi par les athlètes lésés. Ce sont ces sujets qui feront l’objet des différentes tables rondes et rythmeront le déroulé de cette journée que nous espérons riche
en débats, enseignements et propositions.

 


 

Comment participer?

Accès gratuit sur inscription préalable et dans la limite des places disponibles.
Votre participation vous sera confirmée par mail.

Où se déroule l’événement ?

Dans l’amphithéâtre José Soubiran de notre partenaire l’INSEEC
27 avenue Claude Vellefaux – 75010 Paris

Comptant sur votre aide pour relayer l’information autour de vous. Merci Arnaud

Continuer la lecture >

Parfois, pour réussir ce que l’on entreprend, nous n’avons pas besoin d’ajouter plus de choses mais plutôt de renoncer à certaines choses.

Même si chacun d’entre nous a une définition différente de la réussite, il y a certaines choses qui sont universelles. 

Voici quelques conseils qui m’ont permis d’être sur le chemin de la réussite et du bien-être. Certains conseils sont applicables dès maintenant, pour d’autres j’ai eu besoin de plus de temps.

Le plus important c’est de décider et de passer à l’action.

1. Abandonner la mauvaise hygiène de vie

“Prenez soin de votre corps, c’est le seul endroit où vous êtes obligé de vivre.

Jim Rohn

Pour me permettre de ré-équilibrer ma vie, d’abord j’ai pris soin de ma santé. Et il n’y a que deux choses que j’ai gardé à l’esprit :

1. Alimentation saine
2. Activité physique

Chaque petits pas sont importants, et mon corps me remercie chaque jour.

2. Abandonner la vison à court terme

“Vous ne vivez qu’une fois, mais si vous le faites bien, une fois c’est suffisant.” 

Mae West

En famille, nous nous sommes fixés des objectifs à long terme car je sais que nos objectifs ne sont que le résultat de nos habitudes à court terme.

Ces habitudes saines répétées chaque jour ne doivent pas être quelque chose que je fais mais doivent être quelque chose que je suis.

3. Renoncer à jouer petit

Je me suis rendu compte avec mon expérience que si je n’essayais jamais de saisir des opportunités, ou de permettre à mes rêves de devenir des réalités, je ne réaliserais jamais mon véritable potentiel.

Et les personnes autour de moi ne profiteront jamais de ce que je peux réaliser avec elles.

Donc j’exprime mes idées, je n’ai ni la peur d’échouer ni de réussir.

4. Abandonner les excuses

“Le destin bat les cartes mais c’est nous qui les jouons.”

Randy Pausch, la dernière conférence

Les gens qui réussissent savent qu’ils sont responsables de leur vie, peu importe le point de départ, les faiblesses et les échecs passés.

J’ai réalisé que je suis entièrement responsable de ce qui se passe dans ma vie. C’est à la fois effrayant et passionnant.

Mais c’est la seule façon de réussir ce que l’on entreprend parce que les excuses nous limitent et nous empêchent de grandir personnellement et professionnellement.

5. Abandonner l’esprit fermé

“L’avenir appartient à ceux qui apprennent plus de compétences et les combinent de façon créative.”

Robert Greene

Dans un état d’esprit fermé, les personnes croient que leur intelligence ou leur talent, sont simplement des traits de caractères et que le talent seul crée le succès – sans effort. Ils ont tort.

Et les gens qui réussissent le savent.

Quotidiennement j’investis une quantité immense de temps pour développer un état d’esprit et une mentalité de croissance, pour acquérir de nouvelles connaissances,  pour apprendre de nouvelles compétences qui vont m’aider dans ma vie.

6. Renoncer à croire dans la chance.

“Tous les jours et à tout point de vue, je vais de mieux en mieux.”

Émile Coué

J’ai longtemps cru à la chance et j’ai désormais compris que j’aide la chance et non j’ai de la chance (Merci Philippe Gabilliet). La réussite d’un soir est un mythe.

Chaque jour je planifie mon avenir en améliorant seulement 1% de ce que j’ai réalisé la veille. Et je vous renvoie vers une lecture que j’apprécie tout particulièrement “L’effet cumulé – Darren Hardy“.

7. Abandonner le perfectionnisme

Difficile quand mon parcours scolaire comme beaucoup d’écoliers où l’on entend chaque jour : Travail bien à l’école pour avoir de bonne notes, pour avoir un bon bulletin, pour avoir un bon diplôme, pour avoir un bon métier, pour un bon salaire, pour un avoir une belle maison …

Bref, je l’ai compris heureusement ou malheureusement après mon burn-out d’octobre 2013, rien ne sera jamais parfait, peu importe le nombre de fois que j’essaie. 

La peur de l’échec (ou même la peur du succès) m’a empêché souvent de prendre des décisions et d’être créatif.

J’ai perdu beaucoup d’opportunités en attendant que les choses se passent bien, car le meilleur moment n’existe jamais.

8. Abandonner le multitâche

“Vous n’arriverez jamais à destination si vous vous arrêtez pour jeter une pierre à chaque chien qui aboie sur votre passage.” 

Winston Churchill

Les gens qui réussissent le savent. C’est pourquoi j’ai choisi d’être pleinement présent et engagés dans une seule et unique tâche à la fois. Peu importe la tâche, travail, organisation, conversation, jouer avec mes enfants ou une séance d’entraînement. Le secret savoir dire non.

C’est indispensable pour ne pas s’épuiser et être partout et nulle part à la fois.

9. Abandonner le besoin de contrôler tout

“Certaines choses dépendent de nous, et certaines choses ne dépendent pas de nous.”

Épictète

Différencier les deux est important, je me suis détaché des choses que je ne pouvais pas contrôler, et je me suis concentré sur celles que je pouvais faire. La seule chose que je suis capable de contrôler est mon attitude envers quelque chose.

10. Abandonner OUI aux choses qui ne soutiennent pas vos objectifs

“Celui qui accomplirait peu de choses doit sacrifier peu;

Celui qui veut accomplir beaucoup doit sacrifier beaucoup” 

James Allen

Les gens qui réussissent savent ceci pour accomplir leurs objectifs de vie. J’ai appris à dire NON aux tâches, aux activités, et aux demandes de mes amis, famille, et collègues.

Sur un court terme, j’ai sacrifié un peu de gratification instantanée et encaisser une perte même d’estime sociale autour de moi. Mais quand je vois que nos objectifs de famille arrivent à maturité, je me dis que cela en vaut la peine.

11. Abandonner les gens toxiques

Vous êtes la moyenne des cinq personnes avec qui vous passez le plus de temps.”

Jim Rohn

Les personnes avec qui nous passons le plus de temps, contribuent à ce que nous devenons.

Je passe donc le plus de temps possible avec des personnes confiantes, positives et motivées dans leur vie. La joie et l’optimisme des gens motivés déteignent sur ceux qui les entourent. Et je me sens mieux, à ma place.

Je vous conseille de jeter un coup d’œil autour de vous, et voyez si vous avez besoin de faire certains changements.

12. Abandonner le besoin d’être aimé

Pendant longtemps, j’ai voulu plaire à tout le monde et je me suis détaché petit à petit de ma vraie personnalité. Désormais je pense à moi, ma femme et mes 2 enfants en priorité.

Je suis redevenu moi-même, une personne authentique, sincère et engagée. Et j’ai compris que les critiques, l’indifférence et la jalousie signifient que je fais des choses importantes.

13. Abandonner la dépendance sur les réseaux sociaux et la télévision

“Le problème est que vous pensez avoir du temps.” 

Bouddha

Les réseaux sociaux, la navigation sur le Web et de regarder la télévision sont une maladie de la société d’aujourd’hui.

J’utilise désormais que les réseaux sociaux et le web dans le cadre de mon travail et de mon partage d’expérience sur mon blog. Je lis 1 livre par mois, j’écoute des livres audios, je forme, je m’apprends, je me cultive.

À moins que vos objectifs ne dépendent de l’un ou l’autre, vous devriez minimiser (ou éliminer) votre dépendance à leur égard. Et diriger ce temps vers des choses qui vous permettent de vous épanouir dans votre vie.

 

Arnaud

Continuer la lecture >

Après ce mois de janvier où les bons vœux ont afflué avec la palme décernée pour la célèbre formule “Bonne année et bonne santé, surtout la santé c’est important” mais véritablement que faisons-nous pour notre santé et celle de nos proches ?

Sincèrement c’est une période que je n’apprécie guère, caché derrière l’hypocrisie de notre mauvaise alimentation, du manque d’activités physiques, de la non gestion de nos priorités, de la routine, de la non maîtrise du temps, il est temps de réagir et d’agir.

Plus que jamais nous avons besoin de prendre conscience de notre santé, voici quelques chiffres pour vous sensibiliser comme je le suis depuis quelques années.

Le cancer

Les dépenses pour les traitements ne font qu’augmenter de façon exponentielles, la santé est au bord de l’explosion avec les dépenses liés au traitement du cancer :

  • En 2004, 24 milliards de dollars
  • En 2008, 40 milliards de dollars
  • En 2014, 80 milliards de dollars

Les médicaments

En Europe, la France est le plus grand consommateur de médicaments avec un chiffre ahurissant où par an + de 14 millions d’ordonnances de + de 10 médicaments sont délivrées. Sans compter, les nouvelles maladies qui apparaissent avec les effets secondaires.

Personnellement, je me rappelle lors de mes opérations des ligaments croisés des genoux où les anti-inflammatoires m’ont littéralement abîmés l’estomac, les intestins … Je ne prends plus jamais d’anti-inflammatoire et opte pour le curcuma, le gingembre, les boissons détox à base de plantes naturelles et tout aussi efficace.

Le diabète

En Fance, 3 millions de personnes souffrent de diabète, un chiffre qui a doublé en 20 ans. Les autres conséquences sont multiples au bout de 10 années de développement du diabète : cécité, impuissance sexuelle, infections cutanées, détérioration du système sanguin et nerveux avec plaies, abcès, gangrène et amputations …

La prise en charge du diabète est estimée à 600 milliards d’euros dans le monde. Pour continuer à vous donner des chiffres en 1995, 135 millions de personnes soufrées du diabète contre  422 millions en 2016, soit plus de + 200% d’augmentation du nombre de personnes diabétiques.

Les personnes sont de plus en plus touchées, le premier facteur est lié à l’obésité pour rappel 1 personne sur 4 en Europe est obèse. En complément d’information, retrouvez le rapport de l’OMS à l’horizon 2030.

 

Quels sont les causes des maladies dites de civilisation ?

L’alimentation, la pollution, la sédentarité sont les facteurs principaux. La vie nous a amené confort et loisirs pour au final négliger une alimentation saine et équilibré, une activité physique régulière et d’utiliser d’avantages les transports en commun, le vélo et le covoiturage.

 

Les déserts médicaux

Plusieurs départements français ne possèdent seulement q’un 1 médecin pour 1 500 habitants. Plus de 4 millions de français n’ont pas accès aux soins. En 2016, le département de la Nièvre est devenue le premier désert médical de France. Les zones rurales sont particulièrement touchées comme le nord, le massif central, la franche-comté. Heureusement pour ne pas ternir d’avantage cet article des solutions commencent à voir le jour comme H4D, Health for developpement.

 


 

Pour conclure, il est important de comprendre que tout est fait pour les personnes en bonne santé, l’école, le travail, les crédits et très peu de choses même si cela évolue lentement pour les personnes malades ou handicapés …

Alors profitez de votre bonne santé en mettant toutes les chances de votre côté en améliorant votre alimentation, votre activité physique et votre rythme de vie.

L’enjeu de demain n’est pas de dire, de faire mais d’être.

Au plaisir d’échanger ensemble pour changer les choses ensemble et prendre en main notre avenir et celui de nos enfants.

Pour continuer votre réflexion, je vous conseille le documentaire sur Arté où à l’heure où je vous écris seulement 18 000 personnes ont regardé cette vidéo en replay, alors on partage cette vidéo ensemble ?

Replay Arté SOS Santé pour tous.

 


 

Cet article et ce partage n’engage bien évidemment que moi et mes propres convictions, s’il peut vous aider à prendre conscience j’en serais ravi, si ce n’est pas le cas c’est que tout va bien pour vous et je vous en félicite.

Bonne lecture et merci pour vos nombreux messages d’encouragement.

Continuer la lecture >