[MINDSET | EPISODE 1/8]

En toutes circonstances, vous sentez vous à la bonne place au bon moment ?

Il est nécessaire dans chaque moment de sa vie de s’auto-évaluer, de prendre le temps pour savoir si nous vivons en concordance avec nos valeurs.

L’estime de soi s’apprécie par la fierté que nous avons d’être nous-même en passant à l’action en phase avec nos valeurs. En effet, les valeurs constituent la motivation la plus puissante qui soit et expliquent tous nos comportements, qu’ils soient conscient ou non.

L’estime de soi mène à la réalisation de soi et au lâcher-prise.


Depuis ce jeudi d’octobre 2013, où mon corps m’a fait comprendre suite à mon burn-out qu’il fallait que je change quelque chose. J’ai écouté ce message qu’il me délivrait de façon certes violente mais je ne l’avais si peu écouté jusqu’à lors.

J’ai donc pris le temps de m’auto-évaluer pour repartir sur des valeurs saines, sereines en aidant les autres, en étant inspirant pour accompagner celles et ceux qui me font confiance, qui m’aime, m’apprécie pour ce que je suis et ce que je fais.

Le chemin a été long, sinueux, fastidieux mais nécessaire car de toute façon un jour où l’autre nous y sommes tous confrontés.

Voici quelques conseils que j’applique au quotidien :

Etre bien dans ma peau en mangeant équilibré, varié le plus souvent possible en limitant le gras, le sucre, le sel. Tout en faisant de l’exercice hebdomadaire régulier (footing, vélo, natation, jardinage, jouer avec les enfants …)

Etre fier de moi-même en réalisant des tâches quotidiennes aussi insignifiantes qu’elles soient mais nécessaire pour vider “ma poubelle mentale” (Un livre que j’ai apprécié : Le bonheur d’être soi | Moussa Nabati)

Partager mes compétences autour de moi sur ce que je connais et maîtrise

Etre conscient de mon potentiel en s’inspirant du passé pour créer le futur pour vivre le moment présent (un autre livre qui m’a bien aidée : Le pouvoir du moment présent | Eckhart Tolle)

Apprendre chaque jour quelques choses de nouveaux autour d’une discussion, d’une lecture, d’une vidéo, d’un jeu …

Aimer et l’être en retour avec des personnes positives, optimistes bref qui me donne envie d’échanger avec elles. Désormais je fuis les personnes toxiques, pessimistes qui donnent leur avis sur tout sans même savoir ou comprendre.

Je vous souhaite de créer cette nouvelle habitude mais vous devez tout d’abord vous arrêter pour prendre conscience de votre état émotionnel, de votre fatigue mentale pour enfin décider de vous faire confiance.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment.

Alors j’ai pu me relaxer.

Aujourd’hui je sais que çà s’appelle Estime de soi.

Lisez, aimez, partagez, Arnaud

Continuer la lecture >

Parfois, pour réussir ce que l’on entreprend, nous n’avons pas besoin d’ajouter plus de choses mais plutôt de renoncer à certaines choses.

Même si chacun d’entre nous a une définition différente de la réussite, il y a certaines choses qui sont universelles. 

Voici quelques conseils qui m’ont permis d’être sur le chemin de la réussite et du bien-être. Certains conseils sont applicables dès maintenant, pour d’autres j’ai eu besoin de plus de temps.

Le plus important c’est de décider et de passer à l’action.

1. Abandonner la mauvaise hygiène de vie

“Prenez soin de votre corps, c’est le seul endroit où vous êtes obligé de vivre.

Jim Rohn

Pour me permettre de ré-équilibrer ma vie, d’abord j’ai pris soin de ma santé. Et il n’y a que deux choses que j’ai gardé à l’esprit :

1. Alimentation saine
2. Activité physique

Chaque petits pas sont importants, et mon corps me remercie chaque jour.

2. Abandonner la vison à court terme

“Vous ne vivez qu’une fois, mais si vous le faites bien, une fois c’est suffisant.” 

Mae West

En famille, nous nous sommes fixés des objectifs à long terme car je sais que nos objectifs ne sont que le résultat de nos habitudes à court terme.

Ces habitudes saines répétées chaque jour ne doivent pas être quelque chose que je fais mais doivent être quelque chose que je suis.

3. Renoncer à jouer petit

Je me suis rendu compte avec mon expérience que si je n’essayais jamais de saisir des opportunités, ou de permettre à mes rêves de devenir des réalités, je ne réaliserais jamais mon véritable potentiel.

Et les personnes autour de moi ne profiteront jamais de ce que je peux réaliser avec elles.

Donc j’exprime mes idées, je n’ai ni la peur d’échouer ni de réussir.

4. Abandonner les excuses

“Le destin bat les cartes mais c’est nous qui les jouons.”

Randy Pausch, la dernière conférence

Les gens qui réussissent savent qu’ils sont responsables de leur vie, peu importe le point de départ, les faiblesses et les échecs passés.

J’ai réalisé que je suis entièrement responsable de ce qui se passe dans ma vie. C’est à la fois effrayant et passionnant.

Mais c’est la seule façon de réussir ce que l’on entreprend parce que les excuses nous limitent et nous empêchent de grandir personnellement et professionnellement.

5. Abandonner l’esprit fermé

“L’avenir appartient à ceux qui apprennent plus de compétences et les combinent de façon créative.”

Robert Greene

Dans un état d’esprit fermé, les personnes croient que leur intelligence ou leur talent, sont simplement des traits de caractères et que le talent seul crée le succès – sans effort. Ils ont tort.

Et les gens qui réussissent le savent.

Quotidiennement j’investis une quantité immense de temps pour développer un état d’esprit et une mentalité de croissance, pour acquérir de nouvelles connaissances,  pour apprendre de nouvelles compétences qui vont m’aider dans ma vie.

6. Renoncer à croire dans la chance.

“Tous les jours et à tout point de vue, je vais de mieux en mieux.”

Émile Coué

J’ai longtemps cru à la chance et j’ai désormais compris que j’aide la chance et non j’ai de la chance (Merci Philippe Gabilliet). La réussite d’un soir est un mythe.

Chaque jour je planifie mon avenir en améliorant seulement 1% de ce que j’ai réalisé la veille. Et je vous renvoie vers une lecture que j’apprécie tout particulièrement “L’effet cumulé – Darren Hardy“.

7. Abandonner le perfectionnisme

Difficile quand mon parcours scolaire comme beaucoup d’écoliers où l’on entend chaque jour : Travail bien à l’école pour avoir de bonne notes, pour avoir un bon bulletin, pour avoir un bon diplôme, pour avoir un bon métier, pour un bon salaire, pour un avoir une belle maison …

Bref, je l’ai compris heureusement ou malheureusement après mon burn-out d’octobre 2013, rien ne sera jamais parfait, peu importe le nombre de fois que j’essaie. 

La peur de l’échec (ou même la peur du succès) m’a empêché souvent de prendre des décisions et d’être créatif.

J’ai perdu beaucoup d’opportunités en attendant que les choses se passent bien, car le meilleur moment n’existe jamais.

8. Abandonner le multitâche

“Vous n’arriverez jamais à destination si vous vous arrêtez pour jeter une pierre à chaque chien qui aboie sur votre passage.” 

Winston Churchill

Les gens qui réussissent le savent. C’est pourquoi j’ai choisi d’être pleinement présent et engagés dans une seule et unique tâche à la fois. Peu importe la tâche, travail, organisation, conversation, jouer avec mes enfants ou une séance d’entraînement. Le secret savoir dire non.

C’est indispensable pour ne pas s’épuiser et être partout et nulle part à la fois.

9. Abandonner le besoin de contrôler tout

“Certaines choses dépendent de nous, et certaines choses ne dépendent pas de nous.”

Épictète

Différencier les deux est important, je me suis détaché des choses que je ne pouvais pas contrôler, et je me suis concentré sur celles que je pouvais faire. La seule chose que je suis capable de contrôler est mon attitude envers quelque chose.

10. Abandonner OUI aux choses qui ne soutiennent pas vos objectifs

“Celui qui accomplirait peu de choses doit sacrifier peu;

Celui qui veut accomplir beaucoup doit sacrifier beaucoup” 

James Allen

Les gens qui réussissent savent ceci pour accomplir leurs objectifs de vie. J’ai appris à dire NON aux tâches, aux activités, et aux demandes de mes amis, famille, et collègues.

Sur un court terme, j’ai sacrifié un peu de gratification instantanée et encaisser une perte même d’estime sociale autour de moi. Mais quand je vois que nos objectifs de famille arrivent à maturité, je me dis que cela en vaut la peine.

11. Abandonner les gens toxiques

Vous êtes la moyenne des cinq personnes avec qui vous passez le plus de temps.”

Jim Rohn

Les personnes avec qui nous passons le plus de temps, contribuent à ce que nous devenons.

Je passe donc le plus de temps possible avec des personnes confiantes, positives et motivées dans leur vie. La joie et l’optimisme des gens motivés déteignent sur ceux qui les entourent. Et je me sens mieux, à ma place.

Je vous conseille de jeter un coup d’œil autour de vous, et voyez si vous avez besoin de faire certains changements.

12. Abandonner le besoin d’être aimé

Pendant longtemps, j’ai voulu plaire à tout le monde et je me suis détaché petit à petit de ma vraie personnalité. Désormais je pense à moi, ma femme et mes 2 enfants en priorité.

Je suis redevenu moi-même, une personne authentique, sincère et engagée. Et j’ai compris que les critiques, l’indifférence et la jalousie signifient que je fais des choses importantes.

13. Abandonner la dépendance sur les réseaux sociaux et la télévision

“Le problème est que vous pensez avoir du temps.” 

Bouddha

Les réseaux sociaux, la navigation sur le Web et de regarder la télévision sont une maladie de la société d’aujourd’hui.

J’utilise désormais que les réseaux sociaux et le web dans le cadre de mon travail et de mon partage d’expérience sur mon blog. Je lis 1 livre par mois, j’écoute des livres audios, je forme, je m’apprends, je me cultive.

À moins que vos objectifs ne dépendent de l’un ou l’autre, vous devriez minimiser (ou éliminer) votre dépendance à leur égard. Et diriger ce temps vers des choses qui vous permettent de vous épanouir dans votre vie.

 

Arnaud

Continuer la lecture >

Voilà 1 an que mon projet de partage autour du mieux-être est lancé avec la mise en route du site www.bienetrequotidien.fr et ses réseaux sociaux associés dont Facebook et Instagram.

Après un été relativement tranquille suite à la marathon Race d’Annecy et un passage en Auvergne pour m’oxygéner le corps et l’esprit en famille, retour aux choses sérieuses avec ce qui me tient à cœur et qui donne du sens à ma vie : le partage.

Effectivement, j’aime partager mon temps avec ma famille, mes amis. J’aime partager une session de sport tant en entrainement qu’en compétition. J’aime partager mon expérience sur la nutrition santé et sportive. J’aime partager mon bonheur et mon bien-être surtout après une longue et difficile période suite à mon burn-out en 2013 car je ne le souhaite à personne. Enfin j’aime partager mon temps pour une cause utile.

C’est pour cela qu’après le trail urbain de Caudry, j’ai décidé de donner d’avantage de mon temps pour ceux qui ne peuvent plus en prendre. Fin août j’apprends une triste nouvelle concernant Lucie, une copine avec qui j’ai partagé de bons moments depuis l’école primaire disparue des suites de son cancer. J’avais échangé durant plusieurs mois pour l’aider dans cette terrible épreuve mais en vain.

Entre tristesse et impuissance, plusieurs questions me traversent l’esprit comment puis-je venir en aide ? De quelle façon je peux sensibiliser les personnes rien que sur l’alimentation car je suis intimement persuadé qu’elle joue un rôle prépondérant dans nos maladies dîtes de civilisation et je vous renvoie à la lecture d’un article du Professeur Joyeux

Comment allier ma nouvelle activité professionnelle d’opportunity manager, mes passions, le sport et notre projet de vie ?

Sans hésitation, pour rassembler déjà les 2 piliers précédemment cité “Sport” et “Projet de vie” je décide de participer à la cyclocancer organisée par la Teamcyclocancer.com qui est une association à but non lucratif et a pour but de lutter contre le cancer par la pratique du sport cycliste en collectant des fonds pour aider la recherche.

Une balade sous la signe de la convivialité pour la bonne cause avec une super organisation.

Quoi de mieux pour être en phase entre mon corps et mon esprit en participant au 46 km de cette cyclosportive qui a rassemblé plus de 600 coureurs à Cailly, proche de Rouen (76).

bien-etre-quotidien-cyclo-cancer-1

Voilà le sens du partage que je souhaite faire perdurer avec mon site www.bienetrequotidien. Le partage est pour moi une véritable aventure humaine qui est l’une de mes principales sources de motivation pour moi et ma famille.

Au plaisir d’échanger mes fidèles lecteurs et lectrices car on apprend tellement dans une vie. Je vous souhaite de partager vos connaissances avec les personnes que vous rencontrez, cela ne peut que les aider. Plus important encore, partager vos échecs et vos expériences pour que les autres ne reproduisent pas les mêmes erreurs.

Arnaud

Continuer la lecture >

SPORT :

Après le marathon de Nice en novembre 2015, l’année 2016 est dans la continuité avec le maître-mot PLAISIR. Depuis 2011 où j’ai commencé la course à pieds lors du marathon de Paris, mon envie de parcourir de nouveaux horizons est insatiable. En effet, chaque année une nouvelle destination est au programme : Dublin, Valencia, Copenhague, Berlin, Nice. Cette année mon choix s’est porté avec mon club d’Oxygène Belbeuf sur Annecy pour mon premier marathon en montagne avec une préparation variée.

Se connaître

La course à pieds et d’autant plus le Trail permet d’apprendre à se connaître. Dans cette aventure, chaque jour est un apprentissage en écoutant le corps et l’esprit dans la gestion des entraînements, dans les besoins nutritionnels sans oublier l’équilibre personnel et professionnel. Bref, une aventure qui a de la saveur quand tout est en synergie. Pour partager ce moment, nous voilà présents avec la Team Oxygène Belbeuf sur les différentes distances et bien évidemment ma source fidèle d’énergie positive ma femme, mon garçon, mes parents et beaux parents.

Vivre une aventure ensemble

Un programme de 8 courses de la Mini-Race pour les enfants jusqu’à la Technica Maxi-Race pour les adultes ont animé le week-end du 28 et 29 mai 2016 à Annecy. Voici les partants et finishers de la Team Oxygène Belbeuf :

– Trail Découverte / 15km – 1050m Dénivelé positif : Charly
– Marathon Race / 42km – 2780m Dénivelé positif : Nicolas, Loic, Cécile, Arnaud, Vincent B, Francois Xavier, Vincent R
– Maxi Race / 85km – plus de 5200m Dénivelé positif : Julien, Laurent, Olivier, Sabine, Mathieu

Mon choix s’est porté (un peu dans l’euphorie de la Team, certes …) sur la Marathon Race bien avec ses célèbres 42 km sans oublier les 2800m de Dénivélé positif, une première.

marathon-race-2016-recit-course-bien-etre-quotidien

Tout a donc commencé tranquillement le 1er janvier 2016 avec une sortie en compagnie de Martin qui prépare le marathon du Mont Blanc. 150 jours plus tard le compteur affiche :

– Plus de 1200 km répartis moitié vélo/course à pieds
– Plus de 100h d’activités physiques
– Plus de 55 000 calories
– Plus de 17 000m de dénivelé positif

La véritable préparation a véritablement démarré lors du Raid Multisport du Touquet pour une durée de 9 semaines.

Sur les terres des championnats du monde de trail

Une mise en condition dès le samedi avec les copains et copines engagés sur la maxi-race montre que le trail de montagne se gère dans l’équilibre entre l’agitation et l’épuisement. Si vous devenez agité, vous devez accélérez. Si vous êtes essoufflé, vous devez ralentir.

Placé à différents points sur le parcours notamment le col de la Forclaz et le début du Mont Baron, j’ai pu encourager notre team qui en avait bien besoin pour réaliser le tour complet du lac d’Annecy.

Entre appréhension et envie d’en découdre, les traileurs du samedi m’ont prouvé une fois de plus leur détermination et leur force mentale. Respect pour les 5 aventuriers du jour pour leur performance.

“C’est quand tu penses que tu ne peux plus… que tu te rends compte que tu peux encore !”

Comme avant chaque course, difficile de trouver le sommeil mais il est nécessaire de bien se reposer et de privilégier une alimentation à indice glycémique bas pour aider le corps a digérer.

5h40 : Le réveil sonne, quel bonheur de gagner quelques heures de sommeil avec mon fournisseur d’energy Beautysané afin de savourer mon Energy Diet Banane et sa banane écrasée, ni plus ni moins. Beaucoup plus digeste, rapide, et surtout meilleur que les traditionnels pâtes des premiers marathons.

6h15 : Direction Doussard pour rejoindre l’équipe engagée sur la marathon Race.

oxygene-belbeuf-marathon-race-annecy

6h45 : Nous apprenons que le parcours sera sans doute modifié car des orages sont attendus vers 11h30. Peu importe la course sera de toute façon une bataille contre soi-même pour en découdre sur ce beau parcours de montagne que nous offre la région d’Annecy.

7h15 : Nous voilà placés dans les sas de départ où je rejoins un autre copain Xavier pour prendre un bon départ avant la première ascension du col de la Forclaz sous les conseils de Lolo.

7h30 : Le départ est donné nous partons à une allure de 14 km/h sur les 3 premiers kilomètres afin de rejoindre le début de l’ascension. Quel rythme pour un départ de marathon !

7h43 : Début de la première ascension, je suis bien placé dans le première tiers, un coup d’oeil sur le cardio pour gérer cette ascension de 4,5 km avec un dénivelé de plus de 700m. J’enchaine avec un bon rythme de marche, les bâtons soulagent les cuisses.

8h32 : Premier col franchi où j’arrive un peu plus tôt que prévu, mes supporters viennent juste de sortir de la voiture. Un coucou, un bisou et me revoilà reparti pour une descente rapide d’1 kilomètre avant d’attaquer la fin l’ascension vers le chalet de l’Aulps et ses 1425m d’altitude. Je croise au passage les maxi-raciens d’Oxygène fraichement sorties du lit venu m’encourager. Quel bonheur de se sentir soutenu. Le moral reste donc au beau fixe.

9h17 : L’ascension se passe pour le mieux, me voilà à la fin de la première balade (12km) et les premiers 1000m de dénivelé franchi. Compte tenu des prévisions météos, nous devons nous diriger vers un itinéraire de repli pour ne pas prendre de risque avec les orages. Me voilà lancé sur les chemins forestiers pour rejoindre Menthon-Saint-Bernard.  Quelques minutes plus tard, les premières gouttes d’eau tombent avant la déferlante d’averses orageuses. Les appuis sont délicats et un peu hésitants, le temps de s’acclimater au final ça ne change pas de notre météo Normande 🙂 Quelques minutes plus tard, je rencontre mes supporters avec mon garçon m’encourageant et bravant la pluie tout comme mon papa et beau-papa. Quel plaisir de les entendre, le moral est toujours au beau fixe, je gère idéalement cadence, hydratation et alimentation avec mes gels salés réalisés sur-mesure.

10h40 : Me voilà arrivé détrempé au seul et unique ravitaillement solide de la balade. Le compteur affiche 25km. La deuxième balade est quasiment finie. Je retrouve la team Oxygène, dont Juju qui me demande de courir au lieu de filmer :-)) Effectivement j’ai pris le parti de réaliser un film lors de la course avec ma Go Pro pour partager ces moments de sport. Egalement Lolo et Sylvie qui me félicitent car je suis bien placé dans les 200 et sur les bases d’une bonne performance. Pas d’euphorie tout de même car la dernière ascension nécessite des ressources et le coup de mou peut arriver à tout moment surtout pour cette première en montagne. Niveau ravitaillement, je profite de boire de la Saint Yorre, de remplir ma poche de Sport Effort, de finir un de mes salés et de faire le plein d’eau pur. Je déleste également mon sac pour gagner quelques kilos. Virginie, ma maman et belle-maman sont présentes pour prendre de mes nouvelles avec le célèbre encouragement “Bon Courage”. Au passage je vous conseille le livre de Philippe Bloch “Ne me dites plus jamais bon courage !” et vous comprendrez pourquoi 🙂 Je regarde également mon téléphone où je prends connaissance des nombreux messages d’encouragements notamment celui de mon frère qui me suit à distance derrière son ordinateur. Merci mon Frère.

10h45 : Go pour la dernière balade avec un beau programme le Mont Baron même si nous ne montrons pas au sommet du fait des conditions météos où l’orage redouble d’intensité.

12h12 : Me voilà en haut de ce Mont Baron qui nécessite technique, vigilance et détermination car le terrain de jeu est plus que sévère avec les coureurs. En effet avec des pentes comprises entre 15 et 25% des torrents de boue se forment sur les pierres, les appuis sont difficiles mais l’envie d’y arriver, boosté par les champions de la veille me donne les forces nécessaires pour gérer au mieux cette ascension. Les 8 kms d’ascension laissent du monde sur le bord du chemin, je récupère une cinquantaine de place surtout ceux qui se sont laissés tenté par le sucre et les célèbres gels soit disant “coup de fouet” …

Me voilà désormais lancé vers la dernière descente qui demande vigilance car le terrain est très technique avec plus de 700m de dénivelé négatif sur 2 kilomètres. Bien aidé par les bâtons, qui au passage l’un d’eux se coince entre deux roches et se retrouve complètement plié …

En bas de la descente, me voilà sur le ponton du Lac d’Annecy, prêt à entamer le dernier kilomètre à une allure de 12 km/h, malgré la pluie de nombreux supporters sont présents et acclame chaque coureur. L’émotion est intense, la gorge se serre, les yeux brillent, le pouls s’accélère, je vais réussir cette première en montagne avec un chrono honorable de 5h38 et une 285e place sur 1400 partants. Je retrouve sur la ligne d’arrivée tous mes supporters. Me voilà arrivé, quel bonheur.

Le plus important n’est pas que j’ai terminé. Le plus important est que j’ai eu le courage de commencer.


 

Envie d’avoir votre programme de course à pieds personnalisé ?

Continuer la lecture >
Photo de l'urban trail de Caudry

SPORT :

S’engager pour la bonne cause, voilà l’une des raisons qui me fait courir. Une émotion telle que même en écrivant ces quelques lignes, je ne peux m’empêcher d’avoir les larmes aux yeux. En effet, qui n’a pas connu la perte d’un proche dans la terrible épreuve du cancer qui rythme un peu trop nos vies ? Voici un retour sur un week-end marqué d’amitié, de sincérité et de partage.

De retour dans la ville de mon enfance

Voilà plus de 10 ans que nous avons quitté notre région natale pour raisons professionnels et c’est avec grand plaisir de revenir aux sources pour voir et revoir bon nombre de têtes connues.

Pour soutenir cette belle cause en partenariat avec le café Le Jubilé, c’est tout naturellement que je me suis engagé à être présent pour ce premier trail urbain à Caudry (59). Dès la date connue, le week-end était réservé.

Courir pour se sentir vivre

Certaines personnes qui me connaissent, ne comprennent pas ou très peu pourquoi je cours ? Quel est mon but ? Pourquoi s’infliger de telles souffrances ? Alors sachez que je cours essentiellement pour mon plaisir et essayez d’amener du bonheur à ceux qui ne peuvent pas. Tout à commencé lors de mon premier objectif en avril 2011 où lors du marathon de Paris avec mon frère et Thierry, une dame m’a interpelé en me disant qu’elle était fier de moi, des coureurs car son mari était décédé dans un accident de voiture et la course à pied était sa passion. Quelle émotion que d’être impacté par une personne qui m’encourage de la sorte.

C’est ainsi l’une des raisons pour avoir pris comme engagement de courir 1 marathon par an jusqu’à temps que nous pourrions tant que ma et notre santé le permettrait.

Voilà désormais 5 ans que je cours régulièrement et quoi de plus beau que de courir pour la bonne cause ? En lien avec mon envie d’apporter du bien-être, ma transition professionnelle avec la mise en place de micro-entreprises dédié à la forme et du bien-être me permet d’être en phase avec moi-même, d’être aligné (merci David Douillet pour l’échange que nous avons eu à Marrakech en 2015) avec ce que je souhaite faire de ma vie : Aider les personnes à vivre mieux et cela commence par moi.

Le trail Urbain de Caudry

De retour à Caudry, que de souvenirs entre le collège, les 20 années de foot avec l’E.S.C, les bons moments de la jeunesse passés où c’est toujours avec grand plaisir que de revoir bon nombre de copains et copines.

Samedi 17h : direction la salle des fêtes pour récupérer les dossards pour toute l’équipe car pour la bonne cause mes amis ont répondu présents en venant de Paris, Reims, le Touquet, mais aussi des alentours. Quel moment agréable d’être accueilli par l’équipe des ch’tis coureurs et ses bénévoles tant chaleureux pour leur partage, leur envie de bien faire les choses.

18h30 : direction le Jubilé pour récupérer nos maillots réalisés pour l’occasion par Matthieu, une personne que j’apprécie énormément qui est toujours présent pour nous soutenir et nous accompagner dans ces défis un peu fou. Merci pour cette amitié sincère.

19h15 : retour au QG chez mes parents pour accueillir les amis venus pour l’occasion. Un réel plaisir de les accueillir avec le soutien inconditionnel de mes parents sans qui tout cela ne serait pas réalisable.

Dimanche 8h : réveil assez difficile car la nuit a été entrecoupée de réveils. Mais aucune excuse, je m’apprête pour ce nouveau rendez-vous où je prends mon petit-déjeuner dans la véranda sous le cliquetis des gouttes de pluie qui tombent sans relâche. Les premières pensées sont un fragment de secondes consacrées à la météo du jour mais ça nous rappelle très rapidement à chacun que nous sommes là pour courir pour ceux qui ne peuvent pas avec le leitmotiv en tête de l’association : On peut rajouter de la vie au jour des malades quand il n’est pas possible de rajouter des jours aux malades.

9h30 : direction le Jubilé pour notre point de rendez-vous afin de réunir la team. Et se préparer entre les personnes qui finissent leur soirée et ceux qui nous encouragent.

10h : arrivée à la salle des fêtes de Caudry pour le briefing d’avant course. Nous sommes dispersés dans les différents sas de de départ. Mettant inscrit dans les premiers, je vais pourvoir faire la course avec Antoine, quel plaisir de partager cette course là ensemble.

10h38 : le top départ est donné direction la bibliothèque municipale où le rythme est élevé 3’10 au kilomètre mais je me retrouve à ma plus grande surprise à la première place. Nous enchaînons la montée des marches de la bibliothèque, le passage au deuxième étage avant de redescendre direction les longs boulevards en passant par le Saint Bernard.

11h : 5 kilomètres parcourus, nous essuyons un peu les plâtres de cette première édition où nous devons chercher un temps soit peu le chemin mais peu importe le plaisir sous l’acclamation du public prend le dessus.

Au fil des kilomètres nous nous echangeons avec Antoine et le dossard 222 la tête du premier sas de 100 coureurs.

La pluie est fine mais pas désagréable même si les gants et capuche auraient été les bienvenus nous traversons l’EPHAD, le jubilé, le centre de loisir, Leclerc, Décathlon avant d’entamer la deuxième ballade de 7 kilomètres.

Les quelques approximations du parcours notamment à l’ancienne piscine découverte nous donne au compteur 400m de plus que le kilométrage affiché mais rien n’empêche une nouvelle fois de prendre plaisir en venant taper les mains tendues des enfants présents sur le bord de la route.

Les derniers lieux sont insolites nous récupérons le théâtre, le musée de la dentelle,  la salle des conseils de la mairie, la basilique avant de nous diriger vers le val de Riot pour rallier l’arrivée.

11h38’13 : au sprint je finis avec mon partenaire du jour où nous passons la ligne ex-æquo prenant ainsi la première place de notre sas en attendant le résultat des 4 autres sas. Quel plaisir de finir sans difficulté avec une allure de 4’30 au kilomètre avec les nombreux passages dans les bâtiments.

Courir pour leur vie

Voici pour cette première édition, le sentiment du travail accompli en ayant couru simplement  pour celles et ceux qui ne peuvent plus. Une nouvelle fois bravo à l’organisation, gardez cette fraîcheur et cette sincérité qui vous permet de faire les choses simples en toute humilité.

De mon côté, rendez-vous dans quelques semaines pour accomplir un nouvel objectif avec la Marathon Race d’Annecy avec ces 42 kilomètres et 2800m dénivelé positif.

 

Plus d’infos sur l’association : 

http://www.leschtiscoureurs.org/

Tous les bénéfices permettront d’acheter du matériel de soins (non remboursé par la sécurité sociale) et financer des actions pour améliorer le confort des malades du cancer de notre secteur ! La maladie n’épargne personne et ne s’arrête pas aux frontières d’une commune. Soyez solidaire avec cette noble cause !

Continuer la lecture >