SPORT :

Les 3 dernières semaines de ma préparation du marathon de Nice 2015 sont fondamentales pour consolider les entraînements réalisés. Après une coupure de 2 jours pour raison professionnel dans le cadre de ma formation en tant que conseiller en équilibre alimentaire, retour sur les chemins et oui chemins et non route pour continuer à varier les plaisirs et éviter la monotonie des sorties hebdomadaires.

Le lundi direction les chemins du plateau Est de Rouen en compagnie de Martin pour suivre les traces de l’ancienne ligne du Tramway de Bonsecours et profiter de la vue de la Côte Sainte Catherine surplombant la ville aux 100 clochers pour redescendre dans la forêt de Waddington. Les foulées sont souples dans ces chemins boisés où les feuilles colorées tapissent le sol, le plaisir est au rendez-vous et nous décidons de faire une sortie plus longue que prévue avec 2h de ballade pour un peu plus de 20km.

Le reste de la semaine sera un retour sur la route avec des sorties variées entre endurance, seuil et Vma. Au final pas moins de 72,5 km/h pour cette dernière grosse semaine.

Attention au surentraînement

Pour finir cette semaine chargée, le samedi nous faisons une sortie sur les quais de Seine avec mon club Oxygène Belbeuf pour y découvrir ensemble la nouvelle portion de piste cyclable entre la base d’aviron de Belbeuf et le pont Mathilde (retrouvez plus d’informations dans un précédent article Sur les berges de Seine).

Nous voilà près d’une dizaine à courir sous un soleil très agréable, l’allure est relativement tranquille mais lors d’une foulée une douleur vient me titiller le haut du pied au beau milieu de la sortie, entre gêne et inconfort, difficilement descriptible.

Mais d’un coup, l’angoisse surgit et me fait penser à mon frère qui a subit il y quelques mois une rupture de fatigue. Gros stress au moment où mes grosses séances se terminent pour laisser place à 2 semaines plus tranquilles. Les questions m’envahissent et me déstabilisent : Mes chaussures sont-elles usées ? Me suis-je bien hydrater ? Ai-je bien récupérer de ma double sortie de la veille ? Mon objectif est-il trop ambitieux ? Bref une situation, délicate mais pas insurmontable. Je prends contact avec Victorien, ami et associé, pour avoir son avis.

Nous sommes tous les deux d’accord, mon corps a besoin de récupérer et surtout d’assimiler cette charge de travail. Repos pendant 2 jours, contrôle de mon niveau de fatigue chaque matin avec l’application HRV4Training (article à venir suite au marathon) mais le plus important hormis le repos est de continuer à suivre mon programme d’équilibre alimentaire initié en juin 2014 et ne pas succomber à un craquage alimentaire amenant un plaisir instantané pour un risque futur (en référence à une intervention du Dr William Lowenstein lors de notre congrès de l’association SOS Addiction). Au programme, alimentation et complémentation riche en oméga 3/6, anti-oxydants sans négliger l’hydratation pour éliminer toxines et acides lactiques.

Verdict, début de tendinite du releveur du pied.

1 semaine plus tard, me voilà soulagé et heureux que mon programme d’équilibre alimentaire me permette d’éviter le pire à moins de 10 jours du marathon et renforce mes convictions sur l’importance de l’alimentation, à l’image de la citation d’Hippocrate évoquée dans la rubrique Alimentation  :

« Que ton aliment soit ta première médecine »

La force des activités variées

Varier les activités entre course sur route, vélo de route, vtt,  trail, natation et renforcement musculaire, voici le secret d’une préparation plaisir pour un marathon entre amis avec le soutien de ma famille.

Pour finir en beauté cette belle préparation, direction le dimanche 1er novembre à la 20ème édition du Run&Bike du Touquet (rendez-vous annuel), j’ai eu la chance de courir en binôme avec un ex-champion d’Europe de triathlon X-Terra, Franky Batelier, il nous a fallu 1h01 pour boucler cette belle ballade de 15,5 km sur le sable de la côte d’Opale pour se classer à la 53e place (classement).

Après ma séance de Cryothérapie à J-4 avec Laurence à Lillebonne, je serais prêt pour courir les 42,195 km entre Nice et Cannes et il est certain que pour ce 5ème marathon le plaisir sera au rendez-vous. Je compte sur vous pour m’encourager avec le live Strava.

Rendez-vous semaine prochaine pour le compte-rendu complet de ce 5ème marathon.

Lisez également :

Première partie de la préparation marathon

Deuxième partie de la préparation marathon